dimanche 3 juillet 2022
A VOIR

|

La pollution au large de Arue s’est “dissoute” selon les autorités

Publié le

ENVIRONNEMENT - La pollution repérée au large de Arue s'est "fortement dissoute" selon les autorités. Aucun moyen de lutte anti pollution ne sera mis en oeuvre. Le navire identifié comme à l'origine des traces de pollution est actuellement à quai à Papeete. Une enquête est en cours.

Publié le 13/05/2019 à 13:45 - Mise à jour le 19/06/2019 à 16:06
Lecture 2 minutes

ENVIRONNEMENT - La pollution repérée au large de Arue s'est "fortement dissoute" selon les autorités. Aucun moyen de lutte anti pollution ne sera mis en oeuvre. Le navire identifié comme à l'origine des traces de pollution est actuellement à quai à Papeete. Une enquête est en cours.

Ce lundi, après un constat de pollution la veille au large de Arue, un vol de relocalisation a été réalisé. Le maître principal Estelle, expert anti-pollution de la Base navale de Papeete pour les Forces armées en Polynésie y a participé. “On a retrouvé juste une traînée de matières végétales : des algues, des feuilles. On aurait pu peut-être suspecter être mélangées avec des hydrocarbures, mais il n’y avait pas de nappe comme ça avait pu être constaté hier”, explique-t-elle.

>>> Lire aussi : Pollution par un navire au nord de Tahiti

La gendarmerie s’est également rendue sur place. Une enquête est ouverte. Des prélèvements ont été refaits. “Il n’y avait plus d’odeur, plus de présence d’hydrocarbure. On peut dire que les éléments extérieurs ont fait peut-être dissoudre la pollution puisqu’on n’avait plus d’odeur comme hier ni de présence de polluant à la surface de l’eau.” 

En vidéo, l’interview de maître principal Estelle, expert anti-pollution de la Base navale de Papeete

Un navire identifié comme étant à l’origine de la pollution, le navire “le plus proche de la trace de pollution”, a été dérouté vers Papeete. “Le temps de faire le travail d’investigation et d’essayer de relever et d’engager des moyens, on a réussi à mettre en oeuvre les moyens juridiques; le procureur a décidé de dérouter, mais aussi on a informé toutes les administrations de l’Etat et du Pays pour être prêts à faire face à éventuellement une pollution”, raconte Antoine Ferry, directeur du JRCC.

En vidéo, l’interview d’ Antoine Ferry, directeur du JRCC. 

> Un navire chinois à quai à Papeete

Le Xin Shi Ji 203, un bateau chinois, est donc à quai à Papeete, en zone sous douane, durant les investigations. Les peines encourues pour une pollution peuvent aller jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et plus de 20 millions de Fcfp d’amende.

infos coronavirus