vendredi 23 octobre 2020
A VOIR

|

La Dépêche de Tahiti : le Parquet se désiste de son appel

Publié le

JUSTICE - Le Parquet a finalement décidé ce jeudi matin de se désister de son appel quant au plan de continuation présenté par la direction du groupe La Dépêche de Tahiti en proie à d’importantes difficultés financières depuis de long mois.

Publié le 11/04/2019 à 14:31 - Mise à jour le 19/06/2019 à 8:18
Lecture < 1 min.

JUSTICE - Le Parquet a finalement décidé ce jeudi matin de se désister de son appel quant au plan de continuation présenté par la direction du groupe La Dépêche de Tahiti en proie à d’importantes difficultés financières depuis de long mois.

Le ministère public a finalement décidé de laisser une chance au quotidien de poursuivre son activité, le plan prévoyant notamment le remboursement de la dette du groupe évaluée à environ 700 millions de Fcfp. Le prochain rendez-vous se tiendra à la fin du mois devant le tribunal du commerce qui décidera du devenir du plus vieux quotidien de Polynésie.

« Le 29 avril, le tribunal de commerce va avoir un choix à faire entre accepter le plan de continuation présenté par La Dépêche, refuser le plan de continuation. Et s’il refuse le plan de continuation, deux sous options : soit la liquidation judiciaire, soit un repreneur se présenterait d’ici le 29 avril et emporterait La Dépêche avec lui. Mais aujourd’hui, il n’y a pas de repreneur qui se présente », explique Me Jean-Michel Vergier, l’avocat de La Dépêche de Tahiti.

Pour réduire la masse salariale, le plan table sur une réduction du temps de travail des salariés grâce au dispositif de Contrat de soutien à l’emploi (CSE), adopté par le Pays il y a quatre ans.  En substance, les salariés auraient des semaines de quatre jours, avec une perte de revenus d’environ 10%.

En vidéo, l’interview de Me Jean-Michel Vergier
REPORTAGEJ-B Calvas

infos coronavirus