jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

La chienne à la gorge tranchée par son maître prise en charge par un vétérinaire

Publié le

Publié le 17/06/2014 à 15:27 - Mise à jour le 29/06/2019 à 22:47
Lecture < 1 min.

Blanc Blanc, c’est le nom cette chienne mutilée par son maître dimanche 15 juin à Papeete. Son histoire racontée sur les réseaux sociaux a ému de nombreux internautes. La vétérinaire qui a opéré l’animal en urgence souhaite alerter l’opinion publique et les autorités. Une plainte a été déposée pour acte de cruauté envers un animal.
Après des soins intensifs, la chienne se porte mieux. Encore affaiblie, elle doit rester en convalescence encore 15 jours. L’animal reprend petit à petit des forces et de l’appétit. Quand Blanc Blanc est arrivée dimanche soir aux urgences, elle avait la trachée totalement sectionnée. Son maître lui a tranché la gorge parce qu’elle aboyait trop. Face à une telle cruauté, Florence, la vétérinaire, a décidé de partager les faits sur Internet.
Entre la vie et la mort, Blanc Blanc a été retrouvée sous une voiture par une jeune femme qui souhaite garder l’anonymat. Elle a porté plainte. Le compte-rendu médical de la vétérinaire vient renforcer le procès verbal.
L’auteur risque deux ans de prison et 3,6 millions de francs Pacifique d’amende pour acte de cruauté envers un animal, ainsi que l’interdiction de détenir un animal pendant 5 ans. L’enquête est en cours pour retrouver le tortionnaire.
Témoins directs d’acte de maltraitance au quotidien, les associations de protection des animaux peuvent se porter partie civile dans cette affaire, comme le confirme Martine Margathe de SPAP.
Les associations espèrent aussi que les pouvoirs publics lancent des campagnes de stérilisation. Trop de chiens sous-alimentés errent affamés et malades en Polynésie française.
La mésaventure de Blanc Blanc se termine plutôt bien puisqu’elle a déjà trouvé un nouveau foyer.
 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu