mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Intempéries : retour sur le déluge

Publié le

Publié le 21/01/2017 à 17:47 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:30
Lecture 2 minutes

Plusieurs centaines de maisons ont été inondées, plusieurs ponts détruits ou endommagés et de nombreuses routes rendues impraticables par les violentes intempéries qui se sont abattues sur les îles les plus habitées de Polynésie française.

Selon Météo-France, ces intempéries devraient perdurer pendant les deux nuits à venir. Les sols étant gorgés d’eau, de nouveaux éboulements et de nouvelles crues sont à craindre.

Un éboulement a fait un blessé grave. Malgré ces crues soudaines qui ont réveillé les Tahitiens dans la nuit de samedi à dimanche, on ne déplore aucun décès, notamment grâce à la solidarité dont chacun a fait preuve.

Secouristes et pompiers ont évacué par tyrolienne 32 personnes, dont une à mobilité réduite, à Ahonu. Soixante-dix militaires portaient encore secours aux populations dimanche soir.

Six mille foyers étaient privés d’électricité dimanche matin. Selon EDT (Electricité de Tahiti), il restait encore 455 maisons à réalimenter dimanche soir.
Plusieurs dizaines de familles ont été relogées en urgence.

L’aéroport a été fermé dimanche matin pour « au moins 24 heures » selon le haut-commissaire René Bidal. Un avion Air France, qui devait se poser à Tahiti, a dû rejoindre Rarotonga, aux Îles Cook.

La Présidence a ouvert une cellule de crise, joignable au 444 900.

Tous les établissements scolaires du premier et du second degré  seront fermés lundi à Tahiti et Moorea, tout comme l’ISEPP et le Cours Bufflier. L’Université de la Polynésie française, située sur les hauteurs et donc moins affectée par les crues, sera en revanche ouverte.

Certains maires ont pris des arrêtés d’interdiction de baignade, car des surfeurs ont voulu profiter de la forte houle. D’autres sportifs ont sorti leur pirogue ou leur paddleboard pour se déplacer dans les rues inondées, ce qui est fortement déconseillé.
 

Mike Leyral

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Samuel Zijp a relié les 4 plus hauts sommets...

Nous l'annoncions, Samuel Zijp, passionné d’ultratrail, s’était lancé le pari fou de relier les 4 plus hauts sommets de Tahiti : Pito Hiti ; Orohena, Aorai et Marau. Accompagné par ses camarades, Samuel a commencé sa course vendredi soir depuis Mahina. Il est arrivé ce dimanche matin au parc Vairai.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV