jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Il cultivait du paka pour payer ses factures et nourrir sa famille.

Publié le

Publié le 24/04/2017 à 15:33 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Le quinquagénaire est plutôt robuste mais a du mal à s’exprimer en français. Il ne nie pas les faits et reconnait avoir mal agi.
 
En octobre 2014 la gendarmerie de Papara perquisitionne son domicile et découvre plus de 200 pieds et pousses de cannabis. Père de cinq enfants dont trois sont toujours à sa charge, il fait vivre sa petit famille avec près de 30.000 francs par semaine obtenus grâce à la vente de fruits et légumes qu’il cultive, ainsi que le produit  de sa pêche.
 
Il y a une quinzaine d’années il s’adonne à la consommation de cannabis. Très vite il lui vient l’idée d’en cultiver et d’en vendre pour améliorer son quotidien. Le produit de son trafic ne sert qu’à payer les factures et la nourriture ainsi que les produits pour un « mootua » dont il a la charge.
 
Il est arrêté et condamné en 2002 pour son trafic à de la prison avec sursis et une amende. Puis, il est de nouveau condamné, en 2005, à une amende pour avoir utilisé la carabine de son défunt père, pour chasser le cochon sauvage alors qu’il n’avait pas de permis.
 
Cette dernière activité avait également pour but d’améliorer le quotidien de son foyer. Le procureur avait requis neuf mois de prison avec sursis pour cette nouvelle affaire de trafic de stupéfiants. Le tribunal l’a finalement condamné à six mois avec sursis sans peine d’amende car il continue de payer péniblement les amendes de ses premières condamnations.
 

Sam Teinaore

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.