jeudi 9 avril 2020
A VOIR

|

Huahine : un champ de pastèques saccagé

Publié le

C’est un coup dur pour Taoahere Temeharo et son jeune frère. Tous deux ont décidé de perpétuer la tradition familiale de la culture de la pastèque à Huahine. Mais à la veille de leur première récolte, il y a quinze jours, ils ont découvert leurs plans saccagés.

Publié le 22/09/2019 à 8:52 - Mise à jour le 23/09/2019 à 16:58
Lecture < 1 min.

C’est un coup dur pour Taoahere Temeharo et son jeune frère. Tous deux ont décidé de perpétuer la tradition familiale de la culture de la pastèque à Huahine. Mais à la veille de leur première récolte, il y a quinze jours, ils ont découvert leurs plans saccagés.

Les frères Temeharo espéraient récolter pas moins de deux tonnes de pastèques pour cette première récolte. Mais finalement, ils sont loin du compte.  

« On a un peu le moral à zéro quand on a découvert notre plantation. Notre objectif n’est pas atteint. On a eu 400 ou 500 kilos, je pense. Mais c’est suffisant pour les dépenses de notre premier faaapu et les besoins familiaux. On va faire avec. On va continuer », assure, philosophe, Taoahere.

Les deux hommes ne baissent donc pas les bras et marchent sur les pas de leur père qui cultivait déjà la pastèque. Un deuxième ensemencement est d’ailleurs en cours.

« Cette culture nous permet de nourrir la famille et d’avoir un peu de sous pour des projets différents », poursuite Taoahere.

Quant aux auteurs du saccage de la première récolte, ils n’ont, pour l’heure, pas été identifiés.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Perliculture : Teva Rohfritsch appelle à la responsabilité des...

Dans le cadre du plan de sauvegarde économique pour lutter contre les effets liés à l’épidémie du Covid-19, le Vice-président de la Polynésie française, ministre de l’Économie bleue, Teva Rohfritsch, a mis en place plusieurs mesures spécifiques pour préserver les emplois et accompagner les professionnels de la perliculture.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV