vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Drame à Raroia: la thèse de l’accident en question

Publié le

Publié le 06/09/2017 à 15:02 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Que s’est-il passé la nuit du 19 octobre 2014 à Raroia ? Difficile de le dire malgré une longue enquête. Une chose est sûre : le corps sans vie d’une jeune femme de 21 ans est retrouvé dans le puits situé sur le terrain familial. Peu avant la jeune femme s’était violemment disputée avec son conjoint qui était ivre.  

Dans un premier temps, celui-ci affirme que la jeune femme a mis fin à ses jours. Ce dont doute immédiatement la famille de la victime. « Il a dit qu’elle avait sauté. Mais nous n’y croyons pas. On ne peut pas sauter dans le puits. Ce n’est pas possible. »

Car le puits en question est d’un diamètre très étroit. La famille de la jeune femme, suspecte donc son compagnon d’être responsable de sa mort, un homme violent selon elle. « Elle portait toujours des pantalons, des manches longues. Pour cacher des bleus peut-être ? Il l’interdisait de venir nous voir. Il fallait qu’elle reste à la maison. Comme une prisonnière »

Dans un deuxième temps, l’accusé explique aux enquêteurs avoir peut-être bousculé sa compagne, ce qui l’aurait fait chuter dans le puits. Une thèse que soutient son avocate, Me Karina Chouini.

« L’enquête a démontré qu’il y avait eu une dispute dans le couple et que la concubine voulant se sauver des coups de son concubin est tombée dans le puits de façon accidentelle, alors qu’il essayait de la ceinturer, elle a glissé puis elle est tombée. C’est un tragique accident, et c’est mon intime conviction. »

À la barre aujourd’hui, les témoins se sont succédé. La mère de l’accusé l’a dépeint comme un gentil garçon, travailleur et respectueux. D’autres, comme le policier municipal de l’atoll, ont donné une image moins glorieuse du trentenaire. Invité à donner son sentiment sur l’affaire, l’agent a déclaré : « Si je prends en compte le comportement qu’il avait avant, je dirai peut-être que c’est lui qui l’a poussée ».
 

Rédaction web avec JB Calvas

 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu