mardi 13 avril 2021
A VOIR

|

Drame à Hitimahana : le pêcheur qui a trouvé les corps témoigne

Publié le

Publié le 15/08/2015 à 13:06 - Mise à jour le 28/06/2019 à 8:00
Lecture 2 minutes

Tamatoa et son frère ont été les premiers à découvrir les petits corps des enfants déjà remplis d’eau. Encore sous le choc, l’un des pêcheurs raconte : « Dans les environs de 17 heures, mon frère et moi avons commencé à pousser le bateau pour aller à la pêche. Déjà à ce moment là, des gens sur la plage voulaient que j’aille voir ce qui flottait à coté de la bouée. Je me suis rapproché avec mon bateau et je me suis tout de suite rendu compte que c’était le corps d’un enfant. J’ai tout de suite crié qu’il fallait appeler les secours. J’ai demandé à mon frère de plonger chercher le corps, je l’ai remonté dans le bateau, on est revenu sur la plage. Deux autres pêcheurs sont venus pour nous aider. L’un d’entre eux a constaté que la petite fille n’était plus en vie » explique Tamatoa.
 

Il était un peu plus de 17 heures lorsque les sapeurs-pompiers de Mahina sont sollicités, mais il est déjà trop tard. « Quelques minutes après l’arrivée des secours, un deuxième corps a surgit dans la mer. C’est le voisin qui est parti le récupérer. Peu après, j’ai aperçu un troisième corps » ajoute le jeune homme. 
 

Sur place, une des trois victimes présentait encore de l’espoir, mais il ne sera que de courte durée. Le décès des enfants âgés entre 3 et 5 ans sera prononcé aux alentours de 19 heures au CHT du Taaone – « Pour moi, la première victime était déjà morte. Mais la troisième, je ne sais pas. Je sentais toujours qu’elle pouvait survivre et je sentais qu’il y avait encore de l’espoir. Je sentais qu’elle respirait » explique le pêcheur, sous le choc.
 

À Hitimahana, les enfants sont souvent livrés a eux même lorsqu’ils sont sur cette plage. Au moment du drame, plusieurs jeunes garçons jouaient au ballon lorsqu’ils ont vu un des trois enfants dans la mer. « On les a vus qui jouaient en courant. (…) Après j’ai vu une fille relevait la main dans l’eau, je me suis dit qu’elle était en train de jouer. Après je n’ai pas fait attention, j’étais trop concentré sur le football. » explique un petit garçon avec innocence sur la plage de l’accident. 

Pourtant, le site présente de nombreux dangers pour les enfants sans surveillance. Il y a souvent du vent et du courant. Les habitants parlent aussi d’un tombant. « C’est la première fois que ça arrive ici. Il y a des personnes qui ne savent pas où mettre leurs enfants pour se baigner. Ici, il y a un endroit où sa pique directement dans le fond, c’est vraiment dangereux. Alors s’il y a un enfant qui se trimbale à coté, il peut tomber dans le fond et là, c’est la noyade » avoue le pêcheur qui a trouvé le corps des enfants.

Une enquête a été ouverte par la brigade de recherche afin de déterminer les circonstances de l’accident. Les corps des trois enfants ont étés autopsiés cette après-midi.  Waikihani et Teihotu étaient les uniques enfants d’une même famille, Atea la plus âgée des victimes, était la dernière fille d’une fratrie de 4 enfants – « Aujourd’hui, il y a une enquête pour déterminer ce qui s’est passé réellement. J’attends des instructions pour savoir dans quelles mesures et circonstances se sont déroulé ces faits dramatiques pour la commune de Mahina. » explique le nouveau tavana de Mahina, Damas Teuira.

Hier, les quartiers Matavai et Hitimahana célébraient la clôture des festivités du Mini Heiva. Selon certains habitants, les parents des victimes y participaient, non loin de leurs enfants. Une cellule psychologique a été ouverte pour soutenir les familles.

 

Interview de Damas Teuira

infos coronavirus