mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Des randonneurs secourus par le Dauphin dimanche soir à Mahina

Publié le

Malgré la sécheresse, il a plu fort dimanche, et principalement au fond de la vallée de Tuauru. Des randonneurs ont été surpris par la rivière.

Publié le 21/10/2019 à 16:59 - Mise à jour le 22/10/2019 à 9:17
Lecture 2 minutes

Malgré la sécheresse, il a plu fort dimanche, et principalement au fond de la vallée de Tuauru. Des randonneurs ont été surpris par la rivière.

« Hier après-midi, un couple parti en randonnée dans la vallée de Tuauru, s’est retrouvé bloqué avec une rivière qui est montée assez rapidement ce qui prouve bien que dans le fond de la vallée, il y a une forte pluie. Ce couple a été séparé. Une des personne a été emportée par les eaux », raconte le maire de Mahina Damas Teuira. Les randonneurs, un homme de 65 ans et une femme de 55 ans, ont été retrouvés grâce à intervention de l’hélicoptère Dauphin.

La gendarmerie de Arue avait été alertée en début de soirée par la famille et a procédé a une enquête de voisinage avant de confirmer la demande des secours en lien avec la commune de Mahina.
En hypothermie mais saine et sauve, la première victime a été extraite en fond de vallée par l’hélicoptère avant d’être évacuée sur le centre hospitalier du Taoone. Tombée à l’eau, la deuxième victime a été retrouvée choquée mais indemne par le Dauphin vers 1h45 du matin puis transportée vers l’hôpital.

Le maire pointe un « manque de précaution » de la part des randonneurs dont l’un d’eux avait pourtant une « grosse expérience ». Il reconnait néanmoins qu’avec la sécheresse, « personne ne s’attendait à ce que la Tuauru sorte de son lit ».

« La vallée de Tuauru est très prisée » pour les randonnées selon le maire. Damas Teuira envisage de « proposer au prochain conseil municipal certaines mesures de sécurité pour tout individu ou groupe voulant évoluer dans la vallée de Tuauru » : se déclarer, faire une demande à la mairie, signaler le nombre de personnes, la qualité d’encadrement et l’heure estimée de retour. « Je crois qu’il faut instaurer ça pour éviter l’engagement de moyens de secours comme hier soir », estime le maire.

Dans un communiqué, le Haut-commissariat rappelle aux randonneurs les conseils prévention et de sécurité élémentaires à suivre avant tout départ en montagne :
– se renseigner sur la météo et étudier le parcours envisagé (itinéraire, particularités, type de sentier, dangers potentiels) ;
– ne pas partir seul en randonnée ;
– porter des chaussures adaptées à la randonnée ;
– emporter dans son sac de l’eau, de  la nourriture, des vêtements de pluie, vestes retro-réfléchissantes, une lampe électrique, des allumettes, une couverture de survie ;
– prévenir son entourage du parcours prévu et de la durée de la randonnée avec un horaire de retour prévisionnel ;
– se munir d’une balise de détresse ou d’un téléphone portable ;
– prévenir rapidement les secours si vos proches partis en randonnée ne sont pas rentrés à l’heure prévue.

En cas d’urgence, composez le 18 ou le 112, si vous êtes dans une zone couverte par un réseau de téléphonie mobile.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Street shop : les peines allégées en appel

L'année dernière, les 3 prévenus avaient été relaxés pour l’offre et la détention de graines, la réglementation à l'époque des faits ne...

Le « poi », met ancestral de l’île de Rurutu

À Rurutu, dans l'archipel des Australes, chaque famille possède ses champs de taro. Plusieurs fois par semaine, les habitants de l'île préparent ce qu'on appelle le "poi", un pain fabriqué à partir de ce tubercule.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV