samedi 23 janvier 2021
A VOIR

|

Des peines de 18 mois à 8 ans de prison ferme requises dans l’affaire Papy Ellis

Publié le

Publié le 15/01/2019 à 16:07 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

Dix-mois à huit ans de prison ferme et 161 millions de Fcfp d’amende douanière à payer solidairement. Voici en substance les réquisitions faites par le procureur de la République, ce mercredi au tribunal correctionnel de Papeete, dans le cadre de l’affaire Papy Ellis.
 
Dix personnes comparaissent depuis mardi pour avoir participé à l’importation d’1,4 kg d’Ice de janvier à juin 2017. Un trafic qui aurait généré plus d’1,3 million de chiffre d’affaires. Tamatoa Alfonsi, dont le cas a été disjoint de celui des 10 autres prévenus, était le principal fournisseur. Frédéric Ellis, à l’encontre de qui une peine de 8 ans de prison ferme a été requise, était le principal importateur. Les autres personnes impliquées ont joué les rôles de mules, financeurs et revendeurs.
 
Du côté de la défense, on considère ces peines requises comme sévères. Car dans cette affaire, « les critères qui doivent être retenus concernent principalement la quantité d’Ice importée », explique Me Sandra Boulleret, l’avocat de l’un des prévenus. « Or en l’occurrence nous sommes sur une quantité qui est assez faible. Et je considère que les réquisitions, en tout cas en ce qui concerne mon client, ne sont pas adaptées à cette quantité, par rapport en outre à sa personnalité. »
 
« Pour la plupart d’entre eux, reprend le conseil au sujet du profil des prévenus, c’est de la survie. Et c’est quelque chose que l’on retrouve de façon récurrente dans ces dossiers d’Ice. C’est-à-dire que nous sommes face à des gens qui sont en détresse économique, financière, et qui à un moment donné profitent de cette importation d’Ice. Donc d’une certaine façon, certains sont vraiment des victimes de la société et victimes de ce trafic. »
 
Le tribunal correctionnel rendra sa décision jeudi, après avoir entendu les plaidoiries de tous les avocats de la défense.
 

Rédaction web avec Sam Teinaore et Brandy Tevero

infos coronavirus