mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Cinq ans de prison ferme requis contre Thierry Pageau

Publié le

Publié le 16/05/2018 à 13:32 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:17
Lecture 2 minutes

Cinq ans de prison ferme et une interdiction définitive de gérer toute entreprise : telles sont les réquisitions du procureur José Thorel contre Thierry Pageau. « Il apparait comme étant le gérant de fait de l’ensemble des sociétés qui ont servi de support à l’escroquerie », a tonné le procureur. Le préjudice de cette arnaque dépasserait le milliard de francs.

Pour l’avocat de Thierry Pageau, le coup est rude. Maitre Aureille estime :

 « C’est manifestement excessif. […] Il faudrait examiner au cas par cas, ce qui n’a jamais été fait par les enquêteurs… »

Autre prévenu dans le dossier : Clarenntz Vernaudon. L’ancien tāvana de Taiarapu-Ouest est suspecté d’avoir émis de fausses factures pour bénéficier de rétrocessions financières pour cinq bateaux jamais construits. Le parquet a requis trois années de prison ferme à son encontre.

DE TROIS ANS FERME A UN AN DE SURSIS

Le procureur a, en revanche, demandé une peine moindre contre le principal associé de Thierry Pageau, Jehan Morault, dont le casier judiciaire est vierge. Il risque une peine de deux ans ferme. Depuis le début du procès, ce dernier reconnait que de nombreux dossiers de défiscalisation étaient frauduleux.

Maitre Sandra Boulleret, avocate de Jehan Morault, indique :

« Il a un rôle évidemment, il devra en assumer les conséquences. Je considère que cette peine qui est proposée par monsieur le procureur est adaptée. »

Contre les dix autres prévenus, proches de Thierry Pageau, commerçants ou chefs d’entreprises, des peines allant d’un an de prison avec sursis à trois ans ferme ont été demandées. Selon las cas, il a aussi été requis des interdictions d’exercer temporaire ou définitive selon les cas. Le tribunal correctionnel devrait rendre sa décision dans plusieurs semaines.
 

Rédaction web avec J-B. Calvas 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV