samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

« C’est une scène d’horreur qu’on a vécue », témoigne une victime de l’attaque des chiens à Faa’a

Publié le

Dominique et son époux, un couple de sexagénaires, sont les deux victimes transportées vendredi à l'hôpital suite à l'attaque de chiens à Pamatai. "Mordus de toutes parts", ils souffrent de multiples blessures. "C'est une scène d'horreur qu'on a vécue", confie Dominique, qui compte porter l'affaire en justice.

Publié le 25/01/2021 à 18:45 - Mise à jour le 25/01/2021 à 17:36
Lecture 3 minutes

Dominique et son époux, un couple de sexagénaires, sont les deux victimes transportées vendredi à l'hôpital suite à l'attaque de chiens à Pamatai. "Mordus de toutes parts", ils souffrent de multiples blessures. "C'est une scène d'horreur qu'on a vécue", confie Dominique, qui compte porter l'affaire en justice.

Venus au fenua passer les fêtes de fin d’années avec leur fille et leur petite-fille, les vacances ont tourné au drame, vendredi dernier, pour ce couple de sexagénaires. Logés chez un ami sur les hauteurs de Pamata’i, à Faa’a, le mari, 68 ans, donnait un coup de main pour tailler les haies de la propriété. Alors qu’il s’affairait sur un pandanus, à l’intérieur du jardin de l’ami, « trois chiens lui ont littéralement sauté dessus, confie Dominique, son épouse. Des molosses… Je l’ai entendu hurler. J’ai entendu les chiens grogner comme les chiens qui se battent. J’ai couru appeler au secours, et je l’ai vu par terre avec les chiens. »

Mais Dominique n’a pas le temps d’analyser la scène. « Ils ont bondi sur moi quand ils m’ont vue. (…) Mon ami est descendu à ce moment-là pour aider. Il a essayé de retenir les chiens, trois gros chiens bavant, furieux, même prêts à nous tuer, franchement prêts à nous tuer, souffle-t-elle. On a été mordus de toutes parts. Les voisins du dessus sont accourus. On leur a jeté des pierres, tout ce qu’on a pu, et ils ont fini par partir, mais là on a des morsures partout. On ne peut même pas sortir de l’hôpital cette semaine tellement c’est grave. »

« J’ai à peu près 15 plaies au niveau des deux jambes. J’ai un énorme hématome sur le flanc gauche, des traces de crocs en haut des cuisses. C’est une scène d’horreur qu’on a vécue, une scène d’horreur… »

Leurs vies ne sont pas en danger, mais le bilan reste lourd. « Mon mari a une entorse grave du genou droit, avec une plaie ouverte au niveau du tibia. On voyait le tendon, c’était terrible, poursuit Dominique. Donc lui est immobilisé pour l’instant, il ne peut pas utiliser son genou, et puis il a des contusions un peu partout. Il a même donné un coup de poing apparemment à un chien et il a le poignet tout bleu. Et moi, ils m’ont mordue au niveau des jambes. J’ai à peu près 15 plaies au niveau des deux jambes, dont quelques-unes très profondes. On est passés au bloc vendredi soir dans la foulée. J’ai les deux jambes inutilisables. J’ai un énorme hématome sur le flanc gauche, des traces de crocs en haut des cuisses. C’est une scène d’horreur qu’on a vécue, une scène d’horreur… »

Dominique, qui a vécu 23 ans en Polynésie avant de prendre sa retraite en 2013, veut interpeller les autorités sur la problématique des chiens dangereux. « J’ai travaillé en chirurgie orthopédique à la clinique Paofai et ensuite à la clinique Mama’o. J’ai vu des tas d’enfants arriver dans un état terrible à cause de chiens. Je me souviens d’une petite fille avec une oreille arrachée, d’un petit garçon avec le nez… enfin des trucs terribles, se souvient-elle. En revenant des années plus tard, je me disais que tout allait changer, que ça allait s’améliorer, car il y a des lois qui sont sorties. Mais rien n’est fait. Et là, il y a de plus en plus de chiens qui traînent. »

Les chiens à l’origine de l’attaque appartiennent à un voisin, et sont apparemment connus et peu appréciés dans le quartier. « Mon ami avait déjà été blessé il y a un an par ce chien, reprend Dominique. Ils étaient trois chiens, mais il y en avait un qui était plus impressionnant que les autres, très gros. D’autres personnes vont témoigner quand on portera plainte parce que eux aussi disaient en avoir marre de ces chiens qui traînent, donc ils appuieront notre plainte. »

« Ces chiens, c’est un fléau. Je le dis comme je le pense, pas parce qu’on est sous le coup de la colère, précise-t-elle. Il y a des lois et il faut les appliquer, c’est tout. Ces chiens-là, il faut les euthanasier. J’adore les chiens, j’en ai eu, j’adore les animaux, mais là ce ne sont plus des animaux. Ce n’est même pas de leur faute, ce sont les propriétaires qu’il faut punir. J’espère que celui-là sera puni sévèrement. »

Article précédentAccident mortel à Taunoa
Article suivantLe Journal du 25 janvier

infos coronavirus