dimanche 28 février 2021
A VOIR

|

Assises :  » j’ai fait le mal mais, sinon, c’est moi qui allait mourir »

Publié le

Publié le 15/02/2017 à 15:16 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Le samedi 13 décembre 2014, les deux hommes, connus pour leur consommation d’alcool, s’étaient disputés. Denis, 33 ans, avait réclamé de l’argent à l’accusé mais celui-ci avait rechigné à lui en donner. Le neveu, en colère, avait commencé à détériorer l’habitation de son oncle puis lui avait lancé : « je vais te tuer« .

Des menaces restées ancrées dans la tête du quinquagénaire.  « Je ne pouvais plus le supporter. Je savais qu’un de ces jours, il allait le faire « , a déclaré celui-ci depuis son box.

Dans la soirée, alors que son neveu dormait, il s’était saisi d’une hache pour commettre l’irréparable.

« J’ai coupé deux fois« , a expliqué l’accusé,  » je savais que j’allais aller à Nuutania. J’ai fait le mal mais, sinon, c’est moi qui allait mourir « .

Sa sœur, qui est aussi la tante de la victime, a témoigné à la barre pour dire tout le bien qu’elle pensait de Tatu, un homme « travailleur  » contrairement à son neveu décrit comme oisif et violent.

« Mon frère n’est pas un assassin. Il a tué parce qu’il avait peur. C’était lui ou Denis. Il n’avait pas le choix. Denis était jaloux de son bonheur. C’est un élément destructeur. Il a gagné. Il a foutu la vie de mon frère en l’air et la sienne aussi « , a-t-elle lancé, remontée.

Un témoignage « pas objectif  » pour l’avocat des proches de la victime, Me Dominique Bourion, pour qui Denis ne représentait, de surcroît, aucune menace lorsqu’il a été agressé : « au moment où il est tué, il dort paisiblement dans son lit. Il n’est pas en train de menacer l’auteur des faits. »

Le procès doit s’achever demain. Le verdict est attendu dans le courant de la journée. Jugé pour assassinat, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.
 

J-B. C. 

infos coronavirus