lundi 17 mai 2021
A VOIR

|

Agression d’une matahiapo à Pirae : face-à-face tendu entre les familles concernées

Publié le

Publié le 20/08/2017 à 14:55 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Les deux clans ont failli en venir aux mains au palais de justice. De part et d’autre, les menaces de représailles ont fusé. A tel point, que des agents de la DSP ont été appelés en renfort pour éviter les débordements.

Le procès n’a finalement pas eu lieu. Un délai a été ordonné pour permettre que le profil psychiatrique du prévenu soit dressé et que des examens médicaux poussés soient réalisés sur la septuagénaire. Une matahiapo qui peine à se remettre de sa violente agression.

« Elle a toujours l’œil gauche fermé. Elle n’arrive pas à voir. Pour moi, c’est impardonnable », a témoigné l’un de ses fils.

Son agresseur lui a porté plusieurs coups, dans son sommeil, pour faire main basse sur un maigre butin : environ 19 000 francs.

Un cambriolage qui a mal tourné selon l’avocat du mis en cause, Me Thierry Jacquet : « lorsqu’elle s’est réveillée (…) il a paniqué. Elle a crié et il a voulu la faire taire ».

En raison de la gravité des faits, mais aussi pour éviter d’éventuelles représailles, le tribunal a décidé que le prévenu, qui encourt 20 ans de prison, resterait à Nuutania jusqu’à sa comparution fixée au 6 novembre.

Avant que le président ne lève l’audience, il s’est adressé aux deux familles qui vivent dans le même quartier.

 « Nous n’êtes pas là pour vous faire justice vous-mêmes. Il -l’agresseur présumé- sera jugé pour ce qu’il a fait. Nous souhaiterions que les choses s’apaisent entre vous », a appelé de ses vœux le magistrat.
 

J-B. C. 

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...