jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Agression à Puurai : la livreuse, choquée, témoigne

Publié le

Samedi soir, aux alentours de 21 heures, une livreuse de pizza a été violemment agressée par deux hommes lors d’une livraison à Faa’a. Elle a été frappée à la tête, au dos et aux jambes avec un morceau de bois, mais pas seulement. La livreuse, une femme d’une trentaine d’années, s’en sort avec des hématomes, mais elle est surtout marquée psychologiquement.

Publié le 10/11/2019 à 19:42 - Mise à jour le 12/11/2019 à 10:35
Lecture 2 minutes

Samedi soir, aux alentours de 21 heures, une livreuse de pizza a été violemment agressée par deux hommes lors d’une livraison à Faa’a. Elle a été frappée à la tête, au dos et aux jambes avec un morceau de bois, mais pas seulement. La livreuse, une femme d’une trentaine d’années, s’en sort avec des hématomes, mais elle est surtout marquée psychologiquement.

« Je le trouvais trop bizarre parce que je ne voyais pas d’argent, et c’est là que j’ai reçu un coup. Le premier, c’était à la tête, je portais encore mon casque. Après le deuxième coup sur mon dos, je suis tombée. Après, il m’a donné des coups avec un bâton, sur ma jambe droite, en même temps je criais, je demandais de l’aide. Je leur ai dit prenez la sacoche, dans la panique… »

Tout est allé très vite selon la victime. Après s’être effondrée, celui avec qui elle échangeait quelques mots, lui est également tombé dessus pour la rouer de coups. Grâce à une habitante du quartier, la livreuse, en pleurs et en sang, a pu appeler le gérant de la société pour la récupérer et lui raconter les faits. « C’est horrible » nous dit Teva Ah-Min, le patron de cette petite entreprise: « On se donne du mal à livrer à 21h30 et en remerciement tu te fais tabasser, par terre et en plus c’est une fille… je n’ai jamais vu ça… ça craint. On livre beaucoup à Faaa et c’est la première fois que ça arrive. Je l’ai amenée aux urgences tout de suite après l’agression, on a appelé les gendarmes et ils sont venus aux urgences. Elle est blessée de partout, elle a des bleus partout sur les jambes et surtout elle est très atteinte psychologiquement, c’est chaud, j’ai vraiment beaucoup de peine pour elle. »

La mésaventure est postée sur les réseaux sociaux par le gérant, pour essayer de retrouver le scooter. Une initiative qui s’avère efficace. Quelques minutes à peine après la publication, le deux-roues est retrouvé près d’un kilomètre plus loin, dans la vallée dite des cochons, au-dessus du siège de l’EDT à Puurai.

Dans le quartier, personne n’a vu ni entendu quoi que ce soit. La victime et le gérant de la société se sont rendus ce matin à la gendarmerie de Faa’a pour déposer plainte. A midi, les gendarmes avaient déjà une première piste. En fin d’après-midi, des personnes étaient en garde à vue, selon le gérant de la pizzeria.

La victime, encore sous le choc, affirme ne plus vouloir effectuer de livraison: « non je ne veux plus, je ne veux plus livrer, j’ai dit à mon employeur que j’arrête les livraisons, parce que c’est arrivé à Puurai, ça pourrait arriver à n’importe quel endroit. C’est sûr, un coup monté comme ça, ça peut arriver à Papeete, Arue, Mahina, Pirae…. ce n’est pas ma première livraison, j’ai fait plusieurs livraisons de nuit et je me posais déjà cette question-là : on ne se fait pas agresser pour voler notre sacoche et hier soir c’est arrivé sur moi. J’ai mal dormi hier soir, cette image est restée, pour moi, le gars était toujours devant moi pendant que je dormais. Ça m’a bien traumatisée, je ne veux plus revivre ça. » A son retour au travail, elle sera affectée à d’autres tâches.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fermeture des écoles Fariimata et Putiaoro

Surprise générale pour l'ensemble des parents et leurs enfants ce matin qui étaient venus aux écoles Putiaoro et Fariimata pour la rentrée scolaire. Les deux établissements sont restés portes closes suite à une suspicion de cas de Covid-19.

Masque obligatoire, distanciation : comment les commerces et restaurants...

Fortement recommandé jusqu’à mardi, le masque est aujourd'hui obligatoire pour circuler entre les rayons des hypermarchés : "Jusqu'à présent on recommandait fortement...

Embellissement du marae Nuutere à Vairao

Le marae de Nuutere à Vairao fait peau neuve ! Un concours du plus beau jardin fleuri met en compétition une quinzaine de jeunes bénéficiaires de la convention de solidarité du Pays. Ils ont été formés à l’embellissement de ce site culturel par l’association Te u’i no te oaoa de Vairao.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV