samedi 21 septembre 2019
A VOIR

|

Affaire Sainte Thérèse : comment les signalements sont remontés jusqu’à la justice

Publié le

Publié le 07/03/2019 à 17:25 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:08
Lecture 2 minutes

C’est à la paroisse de Sainte Thérèse que les faits auraient eu lieu, à l’époque où les deux victimes étaient encore mineures. Aujourd’hui âgés de plus de 18 ans, les jeunes ont décidé de parler. Ils se sont confiés à leurs parents qui ont pris contact avec la CIRCAS (Commission Interdiocésaine de Recours en Cas d’Abus Sexuel), la commission de recours en cas d’abus sexuels. Un organisme créé spécifiquement pour dénoncer des abus au sein de l’église.

“Je ne sais pas quel est l’événement exact qui a déclenché le fait qu’ils veuillent parler, mais il semble que c’est parce qu’ils veulent que ça s’arrête, qu’il n’y ait pas d’autres victimes. Maintenant, c’est à la justice de déterminer s’il s’agit vraiment de cas d’abus sexuels tels que déterminés par la loi, mais il y a tout de même quelques faits qui montrent qu’il faut s’en inquiéter et ne pas laisser courir. (…) Ils parlent de caresses, ils n’ont pas parlé de pénétration. C’est pour ça que je dis que c’est à la justice de faire son enquête. Peut-être qu’il y a des choses que les jeunes n’ont pas voulu nous dire” explique Antoinette Duchek Kohumoetini, présidente de la CIRCAS.

Trois jours plus tard, le 29 janvier, la CIRCAS déposait un signalement sur le bureau du procureur. Elle informait aussi Monseigneur Cottanceau, qui affirme avoir été très choqué par la nouvelle. Il a rencontré le père des victimes et le prêtre accusé : “Le père, lui, clame son innocence, et les victimes et leur père font état de ce qui s’est passé comme étant un lieu de souffrance et de déni de dignité qui a eu un impact important pour les jeunes. (…) Pour l’instant, il ne m’appartient pas de dire qui est coupable ou innocent. Je laisse à la justice le soin de déclarer les résultats de leur enquête, et en fonction de ces résultats, l’église prévoit un certain nombre de procédures à mettre en place”. Le père Cottanceau, par principe de précaution, a tout de même provisoirement confié la paroisse a un autre homme d’église.

Les deux victimes, elles, ont finalement déposé plainte, et hier matin, la DSP a placé le prêtre en garde à vue. Une perquisition a également été menée à son domicile. Elle a permis de révéler que le prêtre possédait dans son ordinateur des photos et vidéos pornographiques de très jeunes adultes, probablement mineurs.

Le prêtre restera en garde à vue au pire jusqu’à samedi matin. Ses paroissiens ont lancé une pétition pour lui apporter leur confiance et leur soutien.
 

Rédaction web avec Tamara Sentis et Sam Teinaore

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires