vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Affaire de la maison de Erima : Gaston Flosse fait appel de sa condamnation

Publié le

Publié le 20/03/2019 à 16:15 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:08
Lecture 2 minutes

Condamné en août dernier en première instance à six mois de prison avec sursis ainsi qu’ à verser un million de Fcfp de dommages et intérêts à son ex-femme, Tonita Mao, Gaston Flosse a souhaité faire appel de cette condamnation.

Une peine due au fait que l’ex-président avait refusé de se soumettre à une ordonnance judiciaire l’obligeant à quitter la demeure familiale des hauteurs de Arue. Flosse était donc resté sur place, une situation insupportable pour son ex-épouse, selon l’avocate de celle-ci. “Ça se passait très mal parce que le personnel n’avait aucun respect pour madame Tonita Mao et pour ses enfants. Donc il y a eu plusieurs signalements. Madame Mao et ses enfants sont allés régulièrement chez le psychologue. La plus jeune est allée chez le cardiologue. Donc ça a été un enfer” explique maître Marie Eftimie-Spitz.

Mais pour la partie adverse, la version est toute autre : “Il me semble, quant à moi, que madame Mao a tout fait, -et continue d’ailleurs- pour frustrer le droit de propriété d’un tiers, c’est-à-dire Reginald Flosse, fils de Gaston Flosse. Et que par voie de conséquence, l’enfer ou le calvaire est plutôt celui de Gaston Flosse qui se voit privé de son propre domicile” déclare maître François Quinquis.

Car pour maître Quinquis, le seul propriétaire actuellement de la maison familiale est le fils de Gaston Flosse, Reginald, à la tête de la SCI à laquelle appartient la demeure. Et c’est pour cette raison notamment qu’il a demandé la relaxe de son client qui, depuis, a posé ses valises ailleurs. Mais la question de la propriété de la maison de Erima fait toujours l’objet d’une procédure parallèle devant le tribunal civil.

Sur le fond, l’avocat général a requis la confirmation de la peine prononcée contre Gaston Flosse estimant que l’infraction était “parfaitement constituée”. La cour d’appel rendra sa décision le 2 mai.
 

Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER