dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Affaire de la citerne de Erima : 3 ans de privation des droits civiques requis contre Gaston Flosse

Publié le

Publié le 05/06/2019 à 17:27 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:17
Lecture 3 minutes

Ils ne se seront pas adressé un seul regard, mais c’est bien côte à côte que Gaston Flosse et Edouard Fritch comparaissaient ce jeudi devant le tribunal correctionnel. De même que deux sœurs, résidentes du lotissement de Erima à Arue.

La justice leur reproche d’avoir bénéficié depuis 1989 d’une alimentation gratuite en eau grâce à une station de pompage bâtie sur la rivière Nahoata. Une infrastructure située sur la commune de Pirae dont Gaston Flosse fut maire, mais alimentant les hauteurs de Erima, lieu de résidence du président du Tahoera’a. Et les factures d’électricité, évaluées à quelques 600 000 Fcfp par mois, étaient de surcroît supportées par les administrés de Pirae.

Mais pour l’avocat de Gaston Flosse, le conseil municipal de Pirae avait voté une délibération permettant la prise en charge de ces factures. Et cette station alimentait aussi une vingtaine d’habitations de Erima. “C’est vrai qu’on a construit un réservoir d’eau, et on s’est branché sur la station de pompage de la Nahoata, mais on ne l’a pas fait pour nous. On l’a fait pour tous les habitants du quartier qu’on voulait développer. Alors il s’est trouvé que le premier habitant c’était Jackie Teuira, et que Gaston Flosse a du suivre pas longtemps après. Mais c’est quelque chose qui concourt au bien de la commune, au bien des habitants” a déclaré maître François Quinquis, avocat de Gaston Flosse

Quant à Edouard Fritch, il est en substance accusé de ne pas avoir dénoncé la situation lorsqu’il a pris en main les rênes de Pirae. Selon son avocat, il paie surtout sa proximité avec Gaston Flosse à l’époque. “Mon client serait coupable parce qu’il était le gendre de monsieur Flosse et parce qu’il était son dauphin politique. Et à partir de là, on inverse totalement la proposition : il est dans ses relations avec monsieur Flosse, monsieur Flosse aurait du payer de l’eau, il a pas payé, donc monsieur Fritch est coupable. Mais c’est pas comme ça que ça se présente, pas du tout”, a déclaré maître Yves Piriou, avocat d’Edouard Fritch.

Partie civile au dossier : la commune de Pirae. Elle demande le remboursement de 87 millions de Fcfp, bien que son maire figure sur le banc des prévenus. “Les textes sont bien fait puisque évidemment, et pour garantir les intérêts de la commune et de ses administrés, dans un cas de conflit d’intérêt, c’est le premier adjoint qui suit le dossier. Les intérêts de la commune doivent être préservés, et c’est ce qui est fait”,  précise maître François Mestre, avocat de la commune de Pirae.

En ouverture de l’audience, les avocats de la défense ont soulevé divers moyens de nullité de procédure et de prescription des faits. Le tribunal tranchera ces questions au moment de rendre son jugement.

Ce jeudi soir le procureur a requis contre Gaston Flosse 2 ans de prison avec sursis et une mise à l’épreuve avec exécution provisoire ainsi que 3 ans de privation des droits civiques et 10 millions de Fcfp d’amende. Le procureur a requis également le remboursement de la commune.
Contre Edouard Fritch, le procureur a requis 5 millions de Fcfp d’amende. “Je ne requiers pas de peine d’inéligibilité”, a déclaré Hervé Leroy.
Contre les deux soeurs, résidentes du lotissement, le procureur a requis respectivement 5 millions et 10 millions de Fcfp d’amende.
Le jugement ne devrait pas être rendu le 27 juin. 

Rédaction web avec Sam Teinaore et J-B. Calvas

Article précédentLa TV @ Rai du 5 juin
Article suivantTe ve’a du 5 juin

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X