jeudi 17 octobre 2019
A VOIR

|

Accident mortel sur l’Aranui 3 : du sursis requis contre l’armateur et des membres d’équipage

Publié le

Publié le 27/03/2017 à 15:32 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Près de dix ans après les faits, les causes exactes du tragique accident demeurent un mystère. La victime, un « calier » à bord du cargo mixte, avait été retrouvée sans vie dans un escalier, le crâne broyé, alors que le navire venait d’arriver à quai au port de Papeete.

Le médecin légiste a conclu qu’il n’était pas décédé d’une chute mais probablement après avoir été percuté par une lourde structure. Quelques secondes avant le drame, le marin s’affairait à fixer une barge qui devait être déplacée. Son binôme s’était absenté quelques instants pour aller chercher de l’eau mais le grutier a continué la manœuvre. Il ne s’est aperçu de rien.

Pour le procureur, dans ce décès « la responsabilité est collective ». Les quatre prévenus ont, selon lui, manqué à leurs obligations en matière de sécurité. Le déplacement de cette barge a été fait alors que la victime était seule sur le pont et non accompagnée de son binôme comme le veut le règlement. Quant aux deux capitaines, l’un se trouvait sur le quai au moment du drame  et l’autre avait quitté le cargo pour rentrer chez lui.

« Toutes les règles de sécurité n’ont pas été prises. On a l’impression d’un manque d’organisation. Ce n’est pas la faute à pas de chance mais la faute à cet ensemble de responsabilités », a estimé le représentant du parquet.

Un avis partagé par l’avocat de la famille du marin, Me Vincent Dubois : « pour moi, il est incontestable que le décès n’aurait pas eu lieu si les règles de sécurité avaient été respectées ».

Les avocats de la défense ont, eux, plaidé la relaxe pure et simple de leurs clients. « Chaque matelot sait ce qu’il a à faire. Superviser veut dire contrôler dans les grandes lignes. Et ce contrôle dans les grandes lignes a eu lieu », a martelé Me Dominique Antz, avocat de l’armateur et du capitaine en second.

Et le conseil d’ajouter que l’Aranui 3 avait toujours satisfait aux exigences du Bureau Veritas et du service des Affaires maritimes : « On ne peut pas reprocher à mes clients une faute caractérisée. Il faut qu’ils aient eu conscience qu’ils mettaient la victime en danger (…) On se veut exemplaire en matière de sécurité ».

Le procureur a réclamé des peines comprises entre 9 mois et un an de prison avec sursis, ainsi que des amendes allant de 180 000 à 5 millions de francs. Le jugement sera rendu le 13 juin.

Quant à l’Aranui 3, il ne navigue plus aujourd’hui dans les eaux du fenua.

J-B. C. 

 
 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui...

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

“Notre but est que l’argent public soit bien dépensé”

Le nouveau président de la Chambre territoriale des comptes, Jean-Luc Le Mercier, a pris ses fonctions mercredi en présence des hautes personnalités de l’Etat et du Pays. Il vient remplacer Jean Lachkar. Interview.

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X