lundi 16 septembre 2019
A VOIR

|

A’ata : des portraits vandalisés au Taharaa

Publié le

Publié le 25/04/2016 à 13:35 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:53
Lecture 2 minutes

Les portraits de l‘opération A’ata – Smile for peace s’étalent sur les murs de Tahiti. Pour les initiateurs, ils sont porteurs d’un message d’espoir, une expression contre la violence. Et pourtant… il semble que certains n’aient pas saisi la portée du mouvement. 

La semaine dernière au Taharaa, des portraits avaient été découpés. Les organisateurs les ont réparés. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, les mêmes toiles ont été arrachées. Un acte “violent”, pour Marie-Hélène Villierme photographe et professeur à l’Isepp. “Nous avions pris un risque”, en accrochant les portraits au Taharaa, estime-t-elle.

Mais cet acte est extrêmement blessant. Les élèves de l’Isepp et de l’ECT, auteurs des photos, sont également très “choqués”. 
 “As-tu seulement pensé une seule seconde à toutes les heures de travail acharné, à tout l’espoir et la bonne volonté, que les dizaines de personnes qui ont fait du rêve A’ATA une réalité, ont mis dans ces portraits ?!..”, a écrit sur Facebook Jaïka de l’association Pacific Storytellers à l’origine de A’ata. “La joie de vivre et la générosité sont des valeurs polynésiennes et la montée des violences ne doit pas nous les faire oublier”. Ce message, porté par ‪#‎Aata‬ ‪#‎smileforpeace‬, brandi par un millier de sourires et bien plus encore, tu viens de lui donner toute sa pertinence, toute sa puissance !”

Les portraits déchirés ont été retirés et il n’est pas question de les remplacer. L’association Pacific Storytellers, et la mairie de Arue ont l’intention de porter plainte. Il ne devrait pas être trop compliqué de retrouver le responsable… Selon Marie-Hélène Villierme, le geste a été “signé” d’un graffiti. Un acte qui ne se justifie pas. Les élèves et l’association espèrent que le responsable fera “des excuses publiques”. 

Quoi qu’il en soit, cet événement n’arrêtera pas l’installation des portraits un peu partout. Vous n’échapperez pas à ces sourires, aux quatre coins de l’île. Ce mardi, des toiles ont été mises en place à l’aéroport de Tahiti Faa’a. D’autres doivent être placées à la Pointe Vénus. 

Manon Kemounbaye

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV