dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

5 ans de prison ferme requis pour une mère qui prostituait sa fille

Publié le

Publié le 29/08/2018 à 10:46 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:20
Lecture 2 minutes

 “Vous avez décompté 600 viols. Comme vous, je n’ai jamais vu de dossier comme ça. 600 fois, dès l’âge de 6 ans.” Le procureur général, pourtant magistrat aguerri, a eu du mal à masquer son écœurement.

Dans le box des prévenus : une mère de famille dont la fille a subi durant des années les assauts du grand-père, d’oncles ainsi que de cousins. La mère savait, mais n’avait rien dit.

Pour ces faits, ses bourreaux, majeurs, ont été condamnés par la cour d’assises à de lourdes peines de prison et les mineurs ont été présentés au juge des enfants.

La mère, elle, comparait pour non-dénonciation de mauvais traitements mais aussi pour proxénétisme aggravé. Car comble de l’horreur, elle avait accepté par deux fois 1 500 francs pour qu’un homme ait une relation avec sa fille.

“Vous l’avez vendue, vous l’avez bradée”

Madame vous êtes un peu l’anti-mère. Vous avez laissé votre fille à des prédateurs. Vous l’avez vendue, vous l’avez bradée”, a encore tonné le procureur général.

Dans le box, la prévenue n’a pas dit grand-chose, incapable de s’expliquer. Son avocate estime d’ailleurs qu’elle ne dispose pas de toutes ses facultés mentales, raison de son appel.

Elle n’avait pas les capacités intellectuelles qui lui permettaient d’aller voir les autorités et de dénoncer ce qui se passait. C’est le dossier de la misère humaine, de la misère intellectuelle, de l’absence de repères”, a déclaré Me Betty Hayoun.

Là où le bât blesse, c’est que l’expert psychiatre a considéré que la mère était apte à être jugée. En conséquence de quoi, le représentant du ministère public a requis une peine de 5 ans de prison ferme, soit un an de plus que celle prononcée en première instance.

Le jugement sera rendu le 27 septembre.

J-B. C. 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X