samedi 27 février 2021
A VOIR

|

18 mois de prison avec sursis pour le gendarme auteur d’un coup de feu mortel

Publié le

Publié le 27/08/2018 à 13:26 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:20
Lecture 2 minutes

Le délibéré a suscité la colère des proches du jardinier décédé en avril 2017, victime malheureuse du tir accidentel d’un gendarme au cours d’une intervention à Paea. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet en condamnant ce sous-officier de 47 ans à 18 mois de prison avec sursis et à la non-inscription de cette peine à son casier judiciaire. Ce qui pourrait lui permettre de rester dans les rangs de l’armée.

Cette décision est vécue comme un affront par la famille du défunt. Maitre Christophe Rousseau-Wiart, avocat de membres de la famille de la victime, commente : « Ils sont restés très dignes tout au long de l’instruction mais aujourd’hui, ils ne comprennent pas. Ils ne comprennent pas comment sur une erreur commise grave même pendant ses fonctions, comment on peut arriver à avoir une peine de prison avec sursis, une absence d’inscription au casier judiciaire. Finalement, la vie continue comme avant… « 

Le soir du drame, les gendarmes intervenaient pour un différend familial. Un homme et l’amant de celle-ci étaient sur le point d’en venir aux mains. Estimant que la situation risquait de dégénérer, le sous-officier avait voulu utiliser son Taser mais s’était saisi s’en sans rendre compte de son pistolet automatique avant de faire feu. Sans sommation.

Les deux armes étaient positionnées du même côté de son ceinturon, contrairement à ce qui est préconisé. Pour son avocate, la hiérarchie de la gendarmerie a aussi sa part de responsabilité dans ce drame.

Dernier à prendre la parole, le militaire a un nouvelle fois présenté ses excuses aux proches de la victime. Il a soufflé : « Je porterai toujours ce poids. Pour un gendarme, c’est la pire des choses qui puissent arriver. »

Actuellement cantonner à des tâches administratives à l’état-major, le quadragénaire devrait prochainement regagner la métropole.
Une nouvelle audience se tiendra au mois de décembre. Cette fois, pour déterminer les dommages et intérêts qu’il devra verser à la famille de la victime.
 

J-B Calvas et Sam Teinaore

infos coronavirus