mardi 18 janvier 2022
A VOIR

|

Communiqué

Vers une réouverture de la pêche aux burgaux

Publié le

Un projet de loi du Pays propose que seuls les pêcheurs détenteurs d’un titre professionnel officiel soient autorisés à commercialiser leurs produits de la pêche auprès des entreprises répertoriées à la CCISM, de lever l’interdiction de la pêche aux burgaux dont la dernière pêche officielle date de l’année 2000 et de compléter l’outil de gestion "zone de pêche réglementée" (ZPR) déjà en place.

Publié le 08/12/2021 à 17:20 - Mise à jour le 08/12/2021 à 17:32
Lecture 2 minutes

Un projet de loi du Pays propose que seuls les pêcheurs détenteurs d’un titre professionnel officiel soient autorisés à commercialiser leurs produits de la pêche auprès des entreprises répertoriées à la CCISM, de lever l’interdiction de la pêche aux burgaux dont la dernière pêche officielle date de l’année 2000 et de compléter l’outil de gestion "zone de pêche réglementée" (ZPR) déjà en place.

Dans sa volonté de poursuivre une politique d’exploitation durable des ressources marines de la Polynésie française, le Pays souhaite renforcer les dispositifs déjà existants. À cette fin, un projet de loi du Pays propose de créer de nouveaux outils ou mesures destinés à améliorer la gestion des pêches pour une pêche durable.

Parmi ces mesures, et à la demande des professionnels du secteur, désormais seuls les pêcheurs détenteurs d’un titre professionnel officiel (licence de pêche ou carte de la Chambre d’agriculture et de la pêche lagonaire) seront autorisés à commercialiser leurs produits de la pêche auprès des entreprises répertoriées à la Chambre de commerce et d’industrie, des services et des métiers et auprès de toutes personnes morales de droit public. Ceci afin de valoriser la professionnalisation du secteur.

Le projet de loi du Pays propose également de lever l’interdiction de la pêche aux burgaux dont la dernière pêche officielle date de l’année 2000. Cette proposition est motivée par le bon développement des stocks de burgaux dans les îles, par l’engouement des Polynésiens pour sa bonne chair et par l’existence d’un artisanat informel à partir de sa coquille et des opercules. Toutefois, le projet de loi du Pays limite la collecte aux seuls individus compris entre 16 et 18 centimètres de diamètre. Cette limitation doit assurer la protection des juvéniles et des grands reproducteurs. Cette mesure permettra d’exploiter durablement cette ressource à l’échelle locale.

Enfin, il est proposé de compléter l’outil de gestion “zone de pêche réglementée” (ZPR) déjà en place. Souhaitées par les pêcheurs, soucieux d’une exploitation durable des ressources marines et de protection des espèces, ces nouvelles mesures doivent permettre de prendre en compte l’état des stocks, les cycles des espèces et de contrôler la pression de pêche. Ainsi, elles donneront la possibilité de cibler des espèces particulières, si besoin de limiter les captures ou le nombre de pêcheurs pendant une période donnée. 

Les autres sujets dans le compte-rendu du conseil des ministres :
– Approbation des budgets de la CPS
– Subvention à la FOL : Espace info énergie
– Elaboration du Plan Climat de la Polynésie française (PCPF) 2022-2030
– Projet de convention entre la Caisse de prévoyance sociale (CPS) et la Maison de naissance « Tumu Ora »
– Diffusion de 5 nouvelles variétés de patates douces
– Valorisation de la qualité et de l’origine des produits agricoles (Loi du Pays)
– Réglementation des activités de la perliculture (Loi du Pays)
– Heures d’ouverture des débits de boisson
– Subvention au lycée agricole des Marquises
– Présentation du projet océanien : Le Grand mur bleu du Pacifique
– 2022 – Année du sanctuaire marin de Polynésie française
– Subventions aux associations
– Lutte contre la Covid-19 en Polynésie française : mesures générales
– Subvention au CFPA de Taravao
– Subvention au Festival du film documentaire océanien (AFIFO)
– Subvention au CNAM pour le projet « ISLV Code camp »
– Organisation de la course solidaire Hine Hia’ai Run

infos coronavirus