mercredi 5 octobre 2022
A VOIR

|

Use It Again, le trimaran recyclé pour un tour du monde à l’envers, en escale à Tahiti

Publié le

Le projet Use It again, c’est le défi du navigateur Romain Pilliard. Le bateau est parti de Lorient en France le 4 janvier, pour tenter de battre le record du tour du monde à l’envers, sans escale. Mais une casse au large du Cap Horn a mis fin au défi sportif. L’aventure se poursuit cependant pour boucler ce tour du monde et mettre en avant les principes de l’économie circulaire.

Publié le 05/04/2022 à 17:03 - Mise à jour le 06/04/2022 à 9:59
Lecture 3 minutes

Le projet Use It again, c’est le défi du navigateur Romain Pilliard. Le bateau est parti de Lorient en France le 4 janvier, pour tenter de battre le record du tour du monde à l’envers, sans escale. Mais une casse au large du Cap Horn a mis fin au défi sportif. L’aventure se poursuit cependant pour boucler ce tour du monde et mettre en avant les principes de l’économie circulaire.

Reconditionné, le trimaran vogue à nouveau sur les océans du monde dans le cadre du projet Use It Again. Ce bateau a été construit en Australie en 2003 par la navigatrice britannique Ellen MacArthur qui a battu avec, le record du tour du monde en solitaire en 2005. Apres quelques années en mer, il a été abandonné pendant 6 ans. Le navigateur Romain Pilliard lui donne aujourd’hui une nouvelle vie. En 2018, le navire a terminé 4e de la Route du Rhum en classe ultime : “Il était à l’état d’abandon, il n’était plus du tout entretenu, et on s’est dit qu’il devait renaviguer, d’où le nom Use It Again. Le message est de montrer à tous que quand un bateau est bien construit, il est là pour durer”.


Le mat, la bôme et les coques sont d’origine. Le reste comme les poulies, les winchs ou encore les voiles sont des pièces reconditionnées. Grace aux principes de l’économie circulaire et du recyclage, le navire est reparti en mer début janvier pour tenter de battre le record du tour du monde à l’envers : “On utilise les objets jusqu’au bout, en leur donnant une deuxième, une troisième, une quatrième vie peut-être. La terre ne peut plus assumer des bateaux et des projets neufs dans tous les sens”.

Mais après une casse au large du Cap Horn, l’aventure se poursuit sans record, toujours en cherchant des vents portants pour boucler la traversée du Pacifique. Tahiti marque la fin de la deuxième étape du tour. L’équipage de Use It Again pose les pieds sur terre pour trois semaines. Les grands bateaux de courses sont plutôt rares dans les eaux polynésiennes. Tahiti se positionne pour devenir une escale des grandes courses au large. “En 2022, avec le soutien de la mairie de Papeete, du port et de nos partenaires, on va faire venir du bateau de course en Polynésie. L’objectif, c’est de positionner la Polynésie comme une étape pour les organisateurs de grandes courses au large, que ce soit en individuel ou en course avec plusieurs bateaux. On a les infrastructures, on a les capacités, et on sait accueillir les gens comme nulle part au monde” explique Stéphanie Betz, consultante en tourisme nautique.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Dans son voyage au tour du monde, Use It Again se penche aussi sur la pollution sonore. L’équipage compte réaliser la première cartographie sonore des océans.

infos coronavirus