lundi 6 juillet 2020
A VOIR

|

Une nouvelle étude d’impact dans le lagon de Tevaitoa

Publié le

Le projet de la marina de Tevaitoa n’a pas fini de faire couler de l’encre. Suspendu depuis décembre 2018, en mars 2019, la justice annulait l’arrêté prononçant l’utilité publique du projet. Mais coup de théâtre, les représentants de l’association A Paruru ia Tevaitoa ont appris qu’une nouvelle expertise du site est sur le point de démarrer.

Publié le 23/09/2019 à 11:14 - Mise à jour le 23/09/2019 à 15:38
Lecture 2 minutes

Le projet de la marina de Tevaitoa n’a pas fini de faire couler de l’encre. Suspendu depuis décembre 2018, en mars 2019, la justice annulait l’arrêté prononçant l’utilité publique du projet. Mais coup de théâtre, les représentants de l’association A Paruru ia Tevaitoa ont appris qu’une nouvelle expertise du site est sur le point de démarrer.

Ils pensaient cette histoire terminée, et pourtant… En passant par la mairie de Tumara’a, des membres de l’association A Paruru ia Tevaitoa sont tombés par hasard sur un avis à la population, stipulant qu’une étude d’impact du platier où devait se construire la marina de Tevaitoa est de nouveau envisagé.

La nouvelle a soulevé un tollé sur les réseaux sociaux, puis au village de Uparu. Le collectif a demandé à rencontrer la représentante du bureau d’études qui tient à garder l’anonymat.

« On a l’impression qu’il n’y a pas eu de premier procès. On fait une étude d’impact qui n’a pas été accomplie lors de la première tentative pour imposer cette marina ici. Là, ils prennent les choses à zéro » déplore Gérard Goltz, membre de l’association A Paruru ia Tevaitoa.

Les membres de l’association se sont réunis samedi sur le chantier, pour montrer une nouvelle fois leur opposition au projet. Pendant près d’une heure, les échanges ont été houleux. Inquiets, les riverains cherchent surtout à comprendre. Après avoir expliqué que cette démarche n’étaitqu’un complément d’expertise, une étude d’impact sur l’environnement, les courants, la biodiversité… finalement, les tensions ont fini par s’apaiser…

L’expertise devrait démarrer d’ici une quinzaine de jours, mais l’association veille au grain. Elle demande à ce que l’étude d’impact se fasse en toute transparence.

C’est pas d’hier que j’ai sorti ça de mon chapeau, pas pour l’élection municipale en tous cas. C’est un projet qui date d’il y a 5 ans, initié par le gouvernement, et la commune le soutient.

Cyril Tetuanui

De son côté, Cyril Tetuanui, le maire de Tumara’a et président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) réagit : « Cela fait 5 ans qu’on a initié ce projet de marina à Tumara’a. C’est un projet du Pays. On a mené des études pour la faisabilité de ce projet. On a fait des études d’impact aussi sur ce projet. Le gouvernement a pris un arrêté de déclaration d’utilité publique… attaqué par cette association. Cette association a pris un bureau d’études indépendant. Aujourd’hui, le Pays relance l’étude d’impact, on reprend depuis le début. Pour moi, c’est une bonne chose. Le conseil municipal soutient toujours le développement économique de la commune pour donner de l’emploi à la population. On va consulter tout le monde. Dès qu’on aura le compte-rendu de cette étude-là, on va réunir le conseil municipal et on interrogera la population ».

« C’est pas toute la population qui est contre, mais une petite partie qui s’est constituée en association. Tous ceux qui viennent demander du travail à la mairie sont plus nombreux ! L’objectif de la commune est de soutenir le développement économique et créer de l’emploi. Mais s’il faut faire une consultation par référendum, c’est possible aussi » poursuit Cyril Tetuanui.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Défiscalisation : 707,5 millions Fcfp d’investissements privés soutenus par...

Sous la présidence de Teva Rohfritsch, Vice-président de la Polynésie française, la commission consultative des agréments fiscaux du 1er juillet 2020 a émis un avis favorable sur 3 dossiers, relatifs à un projet hôtelier, à un projet de pension de famille et à un projet immobilier.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV