lundi 16 mai 2022
A VOIR

|

Une chimère pêchée dans les eaux polynésiennes

Publié le

C'est une première dans les eaux polynésiennes. Une chimère a été pêchée au large de l’atoll de Hao par un thonier. Ce poisson très rare vit entre 500 et 1 500 mètres de profondeur.

Publié le 24/01/2022 à 16:26 - Mise à jour le 25/01/2022 à 10:58
Lecture 2 minutes

C'est une première dans les eaux polynésiennes. Une chimère a été pêchée au large de l’atoll de Hao par un thonier. Ce poisson très rare vit entre 500 et 1 500 mètres de profondeur.

L’Hydrolagus Melanophasma vit dans les profondeurs de l’océan Pacifique depuis des millions d’années. C’est un poisson cartilagineux comme les requins et les raies. Il a de grands yeux, spécifiques des poissons des profondeurs, et cette protubérance qui s’illumine pour attirer des petites proies. Ce poisson est communément appelé chimère.

“En plusieurs années de pêche, c’est la première fois qu’on voit ça. Le fait qu’on l’ai vu là maintenant, j’ai regardé sur internet et c’est vrai qu’il est répertorié. Sous le nom de chimère” explique Pierre Bonnet, capitaine du FETU. Lui et son équipage ont pêché ce poisson il y a une semaine au large de Hao.

Selon René Galzin, ancien directeur du Criobe, “il y a une trentaine d’espèces à peu près dans l’océan Pacifique, mais ça n’avait jamais été pêché encore en Polynésie. On en trouve en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux Fidji. De l’autre côté, du côté du Pérou et du Chili. Mais en Polynésie, ça n’avait jamais été pêché.”

“Ma ligne s’était cassée et elle a plongé assez profond. Nos lignes sont toujours au-dessus de 400 mètres. Et il s’avère qu’une fois cassée, la ligne a plongé plus profond et ce poisson là est remonté après, mort, raconte Pierre Bonnet. On l’a gardé pour le montrer à des chercheurs et voir comment ça se fait que ce poisson est dans nos eaux.”

Ce spécimen a été envoyé au Criobe pour être analysé. Des descriptions poussées avec des prélèvements ADN permettront de certifier son identité. À savoir s’il est bon à manger, personne n’a voulu y goûter…

infos coronavirus