lundi 15 août 2022
A VOIR

|

Une chanson pour le ‘Ura de Rimatara

Publié le

"’Ura", c'est le nom de la nouvelle chanson interprétée par Tinalei consacré à cet oiseau menacé d’extinction et endémique à la Polynésie. Après la peluche à l’effigie du ‘Ura ainsi que ses produits dérivés, c’est au travers d’une chanson et d’un clip que Vik’ura Tahiti poursuit son combat pour la protection de la perruche de Rimatara.

Publié le 05/08/2022 à 14:58 - Mise à jour le 08/08/2022 à 13:57
Lecture 2 minutes

"’Ura", c'est le nom de la nouvelle chanson interprétée par Tinalei consacré à cet oiseau menacé d’extinction et endémique à la Polynésie. Après la peluche à l’effigie du ‘Ura ainsi que ses produits dérivés, c’est au travers d’une chanson et d’un clip que Vik’ura Tahiti poursuit son combat pour la protection de la perruche de Rimatara.


C’est un projet initié il y’a plus d’un an et qui arrive enfin à son aboutissement. À l’origine de l’engouement généré depuis 2015 autour de la protection du ‘Ura, David Proia, fondateur de Vik’ura Tahiti et son équipe. Ils se sont rendus du 25 au 29 juillet sur l’île de Rimatara, principal habitat du “Lori de Kuhl”, le ‘Ura, pour réaliser le tout premier clip mettant en vedette cette perruche en voie d’extinction : “On a ramené de belles images, et on est très satisfaits. On a eu la contribution d’une école, donc une trentaine d’enfants ont participé au clip. On ne voulait pas réaliser un clip sans les jeunes de Rimatara”.

Objectifs : faire davantage connaitre le ‘ura et les actions menées pour sa sauvegarde.

Compositrice et interprète de la chanson avec Vikki Proia, Tinalei s’est greffée naturellement au projet ainsi que la danseuse Leia Diard, égérie depuis Paris, de l’aventure Vik’ura : “Je n’avais jamais été à Rimatara, j’ai donc découvert cette magnifique île. J’ai eu la chance de rencontrer le ‘Ura et c’était magique” confie-t-elle. Matahari Bousquet, Miss Tahiti 2019, était également de déplacement pour ce projet.


Une chanson en français, avec quelques mots de reo, pour parler de ce vini arc-en-ciel, de son île, la plus petite des Australes, et des dangers qui pèsent sur sa survie. “A l’écriture, j’ai donné carte blanche à Tinalei. On a travaillé en collaboration et ça s’est super bien passé. On a essayé de faire une composition avec trois voix dont Vikki qui chante depuis quelques années. C’est merveilleux pour tout le monde. C’est une très belle chanson, qui est poignante, et qui donne une perspective d’avenir pour l’oiseau. Il est certes protégé, mais il est en déclin, donc il faut toujours être en alerte” précise David Proia.

Le clip de la chanson sera à découvrir en septembre.

infos coronavirus