dimanche 5 juillet 2020
A VOIR

|

Un premier marché sans sacs plastique à Raiatea

Publié le

L’opération Nana Sac Plastique s’exporte dans les îles : des étudiants en BTS du lycée d’Uturoa ont organisé le premier marché sur ce thème à Raiatea. Un projet scolaire et environnemental pour sensibiliser la population à troquer les sacs plastique contre des paniers en fibres naturelles.

Publié le 19/11/2019 à 14:57 - Mise à jour le 19/11/2019 à 15:17
Lecture 2 minutes

L’opération Nana Sac Plastique s’exporte dans les îles : des étudiants en BTS du lycée d’Uturoa ont organisé le premier marché sur ce thème à Raiatea. Un projet scolaire et environnemental pour sensibiliser la population à troquer les sacs plastique contre des paniers en fibres naturelles.

Diminuer l’utilisation des sacs plastique, tel est le défi que se sont lancés les élèves en BTS Négociation et Digitalisation de la Relation Client (NDRC) du lycée d’Uturoa. Dans un atelier installé en plein centre-ville, des cours de tressage sont proposés aux passants. On y apprend à réaliser des contenants qui pourraient progressivement remplacer les sacs de course en matière synthétique et polluants.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Le message qu’on veut faire passer, c’est qu’en 2050, il y aura plus de plastiques dans les océans que de poissons, et que c’est possible que l’on agisse tous individuellement. On peut le faire très facilement en remettant, par exemple, à l’honneur le pandanus. Chaque geste, même petit, compte, si on est plusieurs à le faire » explique Myriam Laskar, professeure.

Les commerçants de Uturoa ont également été sensibilisés à la protection de l’environnement. Les étudiants leurs ont soumis une charte que plus de la moitié d’entre-eux ont signé. « Dans cette charte, il est stipulé qu’ils ne doivent plus distribuer de sacs plastique et de barquettes. Beaucoup de supermarchés ont joué le jeu » précise David Hunter, étudiant.

De leur côté, les artisans n’ont pas attendu pour changer leurs habitudes. Les chutes de tissus et de papiers ont retrouvé une seconde vie. « Nous ne mettons pas notre artisanat dans du plastique. Nous avons des pochettes en paréo et en papier. (…) C’est très bien pour l’environnement. Il faut que nous changeons notre attitude envers notre île » nous dit Caroline Richmond, artisane.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Il y a ainsi une réelle prise de conscience de la population : certains habitants ont même déjà adopté le ‘o’ini pour faire leurs courses. « C’est une très bonne chose. On va essayer d’arrêter le plastique. On va prendre du niau, du pae’ore… pour faire nos paniers » déclare Gyslaine Lemaire, habitante de Raiatea.

Ce marché sans plastique est un grand pas en avant, et peut-être le début d’une prise de conscience générale en faveur de l’environnement. D’autres événements seront organisés par ces étudiants dans les mois à venir.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Dans la course aux sénatoriales

https://youtu.be/JIo-iab0rrc Arue pour l’alliance menée par Teura Iriti, Paea pour celle d’Antony Géros : les victoires des numéros...

Le groupe Air France va supprimer 7 580 postes d’ici...

La direction du groupe Air France a annoncé vendredi vouloir supprimer 7 580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022 pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV