vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Un antifouling écologique se pose à Raiatea

Publié le

Une société française a mis en place un nouveau concept d’antifouling écologique. Ce dispositif, respectueux de l’environnement, a été posé pour la toute première fois en Polynésie, cette semaine au Chantier naval des îles Sous-le-Vent, à Raiatea.

Publié le 10/07/2019 à 10:34 - Mise à jour le 10/07/2019 à 10:39
Lecture 2 minutes

Une société française a mis en place un nouveau concept d’antifouling écologique. Ce dispositif, respectueux de l’environnement, a été posé pour la toute première fois en Polynésie, cette semaine au Chantier naval des îles Sous-le-Vent, à Raiatea.

Du côté de Raiatea, Stéphane et Charlotte, les propriétaires d’un catamaran de 41 pieds, ont opté pour un nouveau concept d’antifouling. Il consiste à poser un film adhésif en silicone sous la coque du bateau. Un procédé 100% écologique. Fini les métaux lourds déversés dans le lagon et les frais de carénage pour les plaisanciers.

« Le bateau qu’on a là, l’antifouling avait été fait il y a moins d’un an, confie Stéphane, et j’étais déjà obligé de gratter, d’enlever les algues, ce qui à chaque fois enlevait de l’antifouling qui partait dans le lagon. Alors que là, même en passant l’éponge, les algues s’en vont, mais il n’y a rien qui part dans le lagon. »

« Au niveau écologique, il n’y a pas de biocides du tout dans le film, précise William Laurens, le fabricant. On ne recrache rien, on ne jette rien dans l’eau, c’est juste une accroche qui est difficile pour les algues et les coquillages. Donc on est super propres. »

Cet antifouling écologique a été posé pour la première fois en Polynésie, cette semaine à Raiatea. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce système est déjà utilisé en métropole, notamment sur les bateaux de course. Avec sa surface lisse et sa faible densité, le film autocollant va améliorer la glisse de l’embarcation.

« C’est-à-dire qu’on réduit la traînée du bateau, poursuit le fabricant. On va consommer moins d’essence et le bateau va aller un peu plus vite. »

Il faut compter deux jours à une semaine d’ouvrage selon la taille du bateau. La pose du produit doit être réalisée par un professionnel. Son coût équivaut à trois fois un antifouling classique réalisé une fois par an, mais sa durée de vie est de cinq ans.

« On a des colles qui sont très très fortes et qui sont faites pour résister dans l’eau de mer pendant cinq ans », explique William Laurens. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« C’est forcément une bonne chose, estime Gilles, un plaisancier, puisque ces antifoulings que tous les plaisanciers mettent sur leur voilier à peu près tous les ans, il faut les refaire. Et quand on les refait, il y a du ponçage, et donc de la poussière. C’est mauvais pour l’être humain, mauvais pour la planète, pour tout ce qui est dans l’eau. Donc c’est un produit qui, l’avenir nous le dira, est certainement bien. »

Le chantier aura attiré de nombreux curieux. Deux autres propriétaires de voiliers seraient intéressés par le produit. La société a d’ores et déjà son représentant à Raiatea.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV