samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Tri des déchets : rencontre avec les ambassadeurs de demain

Publié le

Pirae poursuit sa lutte pour la réduction des déchets, et qui mieux que les élèves pour porter le message ? La commune a enclenché un vaste programme auprès des écoles. Pour se faire, des centaines d’élèves seront sensibilisés à la cause tout au long de la semaine. Les ateliers ont pris place sur le site qui accueille depuis peu le composteur collectif communal.

Publié le 22/01/2020 à 16:43 - Mise à jour le 23/01/2020 à 13:21
Lecture 2 minutes

Pirae poursuit sa lutte pour la réduction des déchets, et qui mieux que les élèves pour porter le message ? La commune a enclenché un vaste programme auprès des écoles. Pour se faire, des centaines d’élèves seront sensibilisés à la cause tout au long de la semaine. Les ateliers ont pris place sur le site qui accueille depuis peu le composteur collectif communal.

Comment faire des enfants les futurs ambassadeurs du tri des déchets ? La commune de Pirae a trouvé la solution. Sur le terrain qui accueille le tout nouveau composteur collectif, 600 élèves seront cette semaine sensibilisés à la cause, chacun à leur tour. Un vaste programme avec pour objectif la transmission.

Lire aussi > Biodégradable, recyclable, compostable : quelles différences ?

« Les enfants sont un petit peu les messagers de la commune. C’est eux qui arrivent le mieux à sensibiliser les adultes (…) C’est important de sensibiliser la jeune génération pour réduire les déchets que l’on met dans le bac gris car les déchets compostables composent environ 1/3 de nos bacs gris. On leur explique donc que le compostage existe, et qu’ils peuvent le reproduire chez eux, et que c’est très simple «  explique Poe Patu, chargée de projets « déchets » à la mairie de Pirae.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« On a mis en place un atelier sur le tri des déchets, et un atelier de sensibilisation sur le compostage avec le fare compost. (…) Pour leur faire comprendre, on fait des petits jeux avec eux, et ce sont des stands qui durant une vingtaine de minutes. C’est assez surprenant, car les enfants sont déjà très sensibilisés et savent beaucoup plus de choses qu’on ne le croit » déclare Stéphanie Pourlier, responsable du bureau environnement à la mairie de Pirae.

Lire aussi > Développement durable : une formation gratuite pour les habitants de Pirae

Il faut donc expliquer et capter l’attention des jeunes et ce n’est pas toujours facile. Pour se faire, les ateliers sont ludiques et courts, et ça marche ! Les élèves connaissent les enjeux pour la planète sur le bout des doigts, les plus grands comme les plus petits, et ils sont très attentifs.

À Pirae, plus de 5 000 tonnes de déchets sont collectées et traitées chaque année pour un coût total de 350 millions de Fcfp. Un chiffre qui pourrait diminuer avec l’aide de nos petits messagers…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV