lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Sommet du G7 : plus de 350 surfeurs rament pour défendre les océans

Publié le

Le petit port de Guethary, au sud de Biarritz en métropole, n'était pas assez grand jeudi pour contenir plus de 350 surfeurs venus sensibiliser l'opinion à la protection des océans, à la veille du G7.

Publié le 22/08/2019 à 9:45 - Mise à jour le 22/08/2019 à 11:04
Lecture 2 minutes

Le petit port de Guethary, au sud de Biarritz en métropole, n'était pas assez grand jeudi pour contenir plus de 350 surfeurs venus sensibiliser l'opinion à la protection des océans, à la veille du G7.

Baptisé « Rame pour ta planète », ce rendez-vous citoyen avait pour but de placer l’océan au centre des débats avant l’ouverture du sommet des chefs d’État samedi.

(Crédit photo : Iroz Gaizka / AFP)

« Biarritz, ville du G7, mais c’est avant tout une ville internationale de surf, une ville océane et nous en tant que surfeurs, on doit porter la voix de l’océan », a commenté Gibus de Soultrait, surfeur depuis cinquante ans et l’un des co-fondateurs de Surfrider Foundation. Cette ONG et l’association écologique locale Bizi! sont à l’origine de cette initiative.  

Dans ce village, les surfeurs réunis se sont mis à l’eau dans la soirée et ont formé une chaîne symbolique au large. Sur la petite plage se trouvaient des pancartes plantées dans le sable avec des slogans tels que « La planète se réveille, on s’éveille avec elle », et même des messages écrits sur des planches de surf, à l’instar de « océan l’esprit, société au défi ».

(Crédit photo : Iroz Gaizka / AFP)

« Nous, ici au Pays Basque, on vit de l’océan et si l’océan meurt, c’est l’homme qui meurt. Mais heureusement, dès que l’agression cesse, la nature reprend ses droits. Et c’est pour ça qu’on rame, pour dire qu’on est conscients de ces problèmes », a déclaré avant la mise à l’eau des surfeurs Francois Verdet, membre de Surfrider et co-organisateur du rendez-vous.

Depuis octobre, les rendez-vous « Rame pour ta planète » se sont succédé sur la côte basque avec pour objectif de ramer tous les premiers samedis du mois jusqu’au G7.

(Crédit photo : Iroz Gaizka / AFP)

« Y a eu des rames, dans la tempête, dans le froid. On s’est focalisés sur le G7 mais finalement ce qui est important, c’est que l’on reconsidère nous mêmes notre attitude » a conclu sous les applaudissements Gibus de Soultrait.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.