A VOIR

|

Rimatara se débarrasse de ses déchets électriques et électroniques

Publié le

Après ses déchets ménagers, Rimatara évacue ses ordures toxiques. Des tonnes d’ordinateurs, d’imprimantes ou encore de batteries sont expédiés par bateau, direction le centre de tri de Motu Uta à Papeete.

Publié le 23/10/2022 à 16:24 - Mise à jour le 23/10/2022 à 16:41
Lecture 3 minutes

Après ses déchets ménagers, Rimatara évacue ses ordures toxiques. Des tonnes d’ordinateurs, d’imprimantes ou encore de batteries sont expédiés par bateau, direction le centre de tri de Motu Uta à Papeete.

La direction de l’Environnement vient récemment de réceptionner 12 palettes de déchets électroniques et électriques en provenance de Rimatara. En effet, cette île des Australes a choisi d’expédier certains de ses déchets sur Tahiti plutôt que de les enfouir.

Car à Rimatara comme sur la plupart des petites îles, il n’y a rien pour traiter ou recycler ses déchets, cela représente un coût trop important. Seule solution donc, les évacuer par bateau au centre de tri de Motu Uta. “Dernièrement, nous avons rapatrié nos déchets recyclables, et là, nous nous attaquons à nos déchets électroniques et électriques, que l’on rapatrie sur Papeete. Le rapatriement de ces déchets est pris en charge par la commune. Une fois les déchets arrivés sur Papeete, c’est la direction de l’Environnement qui prend le relais” précise Artigas Hatitio, maire de Rimatara.

Ordinateurs, imprimantes, téléphone, batteries, piles… les déchets dangereux ont été acheminés par palette et ils rejoindront les tonnes de déchets recyclé des autres îles des Australes à bord du navire Tuhaa Pae. “C’est bien pour la préservation de l’île de pouvoir tout ramener sur Papeete, puisque tout vient de là. Notre consommation a augmenté aussi. C’est une bonne chose que la commune mette ça en place” indique Tehio Tufana, matelos du navire Tuha’a Pae.

Et pourtant, la loi oblige les communes à traiter leurs ordures. Aux Australes, seules Rapa et Tupuai ont investi dans un centre d’enfouissement technique (CET). Les trois autres îles expédient tout sur Tahiti. “Nous n’avons pas choisi l’option CET. Il n’y a pas de CET à Rimatara. Chez nous, c’est un centre de tri, et c’est bien comme ça. Tous les déchets recyclables sont compactés et rapatriés, ainsi que les DMS (déchets ménagers spéciaux, NDLR), les verres sont réutilisés pour les chantiers. Et après, il ne reste presque plus rien” précise Georges Hatitio, responsable du service technique de la déchetterie.

Mais le périple de ces déchets ne s’arrêtera pas au centre de tri de Motu Uta, où rien n’est recyclé sur place. Ils partiront en Nouvelle-Zélande, en Malaisie et en Corée du Sud.