mercredi 25 novembre 2020
A VOIR

|

Rimatara fait la guerre aux déchets

Publié le

Sur l’île de Rimatara, dans l’archipel des Australes, la municipalité vient de lancer une campagne d’information sur l’utilisation de ses nouveaux bacs d’apport volontaire.

Publié le 14/07/2019 à 17:22 - Mise à jour le 15/07/2019 à 9:32
Lecture < 1 min.

Sur l’île de Rimatara, dans l’archipel des Australes, la municipalité vient de lancer une campagne d’information sur l’utilisation de ses nouveaux bacs d’apport volontaire.

Protéger la nature pour les générations futures, c’est le message des enfants de l’île de Rimatara, dans un spot vidéo. Par ce biais, la municipalité veut réduire les rejets de déchets dans la nature, notamment les dépotoirs sauvages.

« Il y a ce qu’on appelle les déchets ménagers spéciaux. Ce sont des déchets très nocifs, comme les piles, l’huile de moteur ou les batteries de voiture, explique Georges Hatitio junior, le fils du maire de l’île. Il y a également ce qu’on appelle les DEE ou déchets électriques et électroniques, comme les ordinateurs ou les écrans de télévision. Tous ces déchets sont très dangereux. Il faut rester vigilants pour que ce type de déchet ne pollue pas notre environnement ou encore l’eau que nous buvons. »

Des bornes comme celle-ci ont été disposées dans les trois communes associées de Rimatara. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour éviter la prolifération de ces déchets dans la nature, la municipalité a disposé dans les trois communes associées de l’île des bornes dévolues à chaque type de déchet.

Le spot d’information expliquant leur utilisation a été diffusé à tous les habitants de l’île. Il ne manque plus qu’à l’appliquer. Après la phase de sensibilisation, ceux qui n’auront toujours pas compris le message pourraient passer par la case répression et une convocation devant le tribunal.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.