vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Quand les ancres des voiliers causent des dégâts à Huahine

Publié le

À Huahine, la plaisance connait un développement croissant ces dernières années. Un développement marqué par la présence d’un grand nombre de voilier dans le lagon. Des bateaux qui certes viennent dynamiser l’économie locale à leur échelle, mais apportent malheureusement avec eux leur lots de désagréments. Une association de jeunes a donc décidé de réagir.

Publié le 29/10/2019 à 16:55 - Mise à jour le 27/01/2020 à 10:41
Lecture 3 minutes

À Huahine, la plaisance connait un développement croissant ces dernières années. Un développement marqué par la présence d’un grand nombre de voilier dans le lagon. Des bateaux qui certes viennent dynamiser l’économie locale à leur échelle, mais apportent malheureusement avec eux leur lots de désagréments. Une association de jeunes a donc décidé de réagir.

L’association s’appelle A ti’a Matairea, et tous les jours, les jeunes qui la composent guettent l’arrivée des voiliers de plaisance pour voir dans quelle zone ils jettent l’ancre. L’un des principaux objectifs de l’association, c’est la réhabilitation des coraux. Ils proposent aux voyageurs de poser leur embarcation dans une zone éloignée des récifs, ce qui n’arrange pas tout le temps les navigateurs et le contact avec eux tourne parfois à la joute verbale.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais pour mieux comprendre l’énervement de ces jeunes de Huahine, il faut plonger dans le lagon. Dans la zone d’ancrage de ce voilier par exemple, c’est tout un écosystème qui survit. À peine régénéré, aussitôt raclé par les chaines :

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« En général, sur tous les voiliers qui sont arrivés, on n’a pas de souci. Ils font l’effort de respecter ce qu’on essaie de mettre en place. On a eu deux bateaux qui ont refusé et qui refusent encore à l’heure actuelle de bouger. On espère que ça va changer » déclare David Cadousteau, président de l’association.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour mener à bien son combat, A ti’a matairea travaille avec la commune et les différents acteurs du tourisme nautique de l’île pour décider de l’emplacement des sites de mouillages. Il en existe désormais six tout autour de l’île. Des sites d’ancrage sablonneux sans impact direct sur les fonds coralliens. « On leur remet une fiche où les zones sont déjà définies, les zones à respecter où ils peuvent s’ancrer, et les zones qu’il faut éviter. Donc on leur demande juste de se décaler un petit peu. La plupart sont de très bonne foi et le font » explique Chanel Colombani, membre de l’association.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

En cette période de la Hawaiki Nui Va’a, l’activité nautique dans la zone prend de l’ampleur et l’association veille au grain. À terme, A ti’a Matairea entend proposer à la commune une gestion plus stricte des allées et venues de voiliers de plaisance avec la mise en place d’une redevance de 1 500 Fcfp pour l’eau, les ordures et la nuitée sur un corps mort.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV