samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Près de 500 visiteurs à la rencontre de l’Ifremer

Publié le

A Vairao, l’Ifremer, l’institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, a ouvert ses portes aujourd’hui au public. Organisée dans le cadre de la fête de la science, cette journée a été l’occasion pour les visiteurs, de rencontrer les scientifiques et de découvrir leurs travaux, parfois méconnu, comme par exemple, l’impact du réchauffement climatique sur le bénitier.

Publié le 05/10/2019 à 18:08 - Mise à jour le 07/10/2019 à 9:05
Lecture < 1 min.

A Vairao, l’Ifremer, l’institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, a ouvert ses portes aujourd’hui au public. Organisée dans le cadre de la fête de la science, cette journée a été l’occasion pour les visiteurs, de rencontrer les scientifiques et de découvrir leurs travaux, parfois méconnu, comme par exemple, l’impact du réchauffement climatique sur le bénitier.

Ils sont pas moins de cinq cents visiteurs à s’être pressés aujourd’hui à l’Ifremer de Vairao. Neufs ateliers scientifiques ont permis aux plus curieux de découvrir les travaux des chercheurs, et des agents de la direction des ressources marines du pays. A l’instar des recherches menées sur le bénitier. Cultivé aux Tuamotu de l’est, et vendu sur le marché de l’aquariophilie, l’animal joue un rôle majeur dans les écosystèmes coralliens. Depuis 2016, il fait donc l’objet d’études très poussées. Les scientifiques cherchent à savoir quel est l’impact du réchauffement climatique sur le mollusque.

« Lorsque la température est trop élevé, son premier réflexe va être de relâcher ses micro algues, or, celles-ci couvrent une grande partie des besoins énergétiques du bénitier, c’est donc pour ça qu’il blanchie » Chloé Brahmi, enseignante chercheuse à l’université de la Polynésie. Du côté de la perliculture, il est désormais possible de suivre la formation d’une perle en temps réel, grâce à un aimant introduit dans le nucléus. « C’est toujours intéressant de savoir comment ils arrivent à obtenir des perles rondes baroques, ou cerclés, » commentent Tiphaine Blanchard et Geoffroy Guillain, des visiteurs.

Parmi le public, Matarii Letang, fraîchement diplômé en physique chimie, en profite pour prospecter un emploi. Cette journée portes ouvertes est une opportunité pour postuler dans cet établissement. « Je me suis dit pourquoi pas venir voir ce qu’ils proposent, au passage j’ai amené mon CV et ma lettre de motivation » sourit le jeune homme. L’aquaculture et ses ateliers consacrés à l’élevage de la crevette, et à celui du « paraha peue » ont visiblement toujours autant la cote auprès des visiteurs.  

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV