mardi 27 juillet 2021
A VOIR

|

Permaculture : planter chez soi avec la nature comme alliée

Publié le

La permaculture prend de plus en plus d’essor et séduit de nouveaux adeptes. Des spécialistes de cette technique apportent leur savoir et proposent des formations et conseils pour produire ses propres cultures.

Publié le 25/12/2020 à 14:07 - Mise à jour le 26/12/2020 à 12:02
Lecture 2 minutes

La permaculture prend de plus en plus d’essor et séduit de nouveaux adeptes. Des spécialistes de cette technique apportent leur savoir et proposent des formations et conseils pour produire ses propres cultures.

Sur un terrain de 900 m2, des aubergines, des tomates, du piment, des haricots et ou encore des herbes aromatiques vont commencer à pousser. Les propriétaires ont fait appel à Sacha Bruni et Camille Lievens-Demeyre, deux professionnels de la permaculture.

6 bacs ont été construits, chacun compte une dizaine de variétés différentes de plantes, essentielles les unes aux autres. “Le but, c’est vraiment de créer un petit écosystème dans ce bac, c’est-à-dire ne pas laisser la terre à nue et mettre une couche de paillage comme on pourrait retrouver naturellement en forêt, et mettre par exemple des plantes grimpantes sur les côtés, des haricots qui vont apporter de l’azote dans le sol et qui, du coup, vont nourrir toutes les autres plantes qu’il y a dans ce sol-là. Le but, c’est que tout le monde s’entraide” explique Sacha Bruni, membre du collectif Ekopia Tahiti.

Tout un chacun peut avoir la main verte et s’initier à la permaculture avec un grand ou un petit espace de terre.

Heifara Cross et son épouse Johanna concrétisent un projet de vie. Leur potager biologique prendra bientôt forme. Coté budget, l’investissement est raisonnable selon ces passionnés, car le concept est de créer un jardin agricole à partir de la nature environnante. “On a acheté du bois et des tôles. Et finalement, le principe de Sacha et de Camille, c’est d’utiliser au maximum ce qui est récupérable, et d’utiliser la terre que l’on a sur notre terrain” nous dit Heifara Cross.

“Tout le monde a plein de pépites chez lui, mais beaucoup de gens ne le savent pas. Et nous, forcément, quand on arrive dans un jardin on les repère, et on prend des boutures un peu partout” indique Sacha Bruni.

S’inspirer de la nature pour aménager un potager. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Cultiver autrement et de manière durable est un concept qui fait des émules. Dans cette famille, le travail de la terre est une passion et un apprentissage perpétuel : “Quand dans la famille, on plante déjà, forcément, on a des connaissances, qui s’enrichissent après avec les uns et les autres. Cela a été le cas avec ‘Le jardin du paresseux’. On avait une base, et cette base tend à s’enrichir” confie Johanna Cross.

Le terrain maintenant aménagé, Heifara et Johanna vont suivre l’évolution de leurs plantations au gré des rayons du soleil et de la pluie. Les premières récoltes sont prévues dans quelques mois.

infos coronavirus