vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Paea : pollution dans le lagon, la mairie assure que des travaux sont programmés

Publié le

Un émissaire d'évacuation endommagé, pas assez long, une station d'épuration en surchauffe, des eaux usées se déversant dans le lagon et des internautes choqués. Une vidéo dénonçant la pollution dans le lagon de Paea est devenue virale. La commune a tenu à réagir dans un communiqué.

Publié le 24/02/2020 à 17:06 - Mise à jour le 25/02/2020 à 8:33
Lecture 2 minutes

Un émissaire d'évacuation endommagé, pas assez long, une station d'épuration en surchauffe, des eaux usées se déversant dans le lagon et des internautes choqués. Une vidéo dénonçant la pollution dans le lagon de Paea est devenue virale. La commune a tenu à réagir dans un communiqué.

Des eaux usées se déversant dans le lagon. A Paea, un émissaire d’évacuation a été endommagé. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre la pollution.

Dans un communiqué, la commune a tenu à rappeler que « le problème constaté sur l’émissaire situé dans le lagon de Paea (Tiapa, domaine Laguesse) s’inscrit malheureusement dans une problématique plus vaste. »

Un émissaire d’évacuation, pas assez long

« Avant les années 2000 », la commune a « récupéré la gestion de l’entretien de la Station de Tiapa (relatives aux logements sociaux Tepuhapa et Tehauparu) afin de se substituer aux habitants qui n’ont pas les moyens de s’acquitter de ce service d’assainissement.
La construction de ces logements remonte à plus de 30 ans. Les services de l’OPH, constructeur et gestionnaire des logements à l’époque, auraient dû calibrer et construire un émissaire assez long pour rejeter les eaux traitées hors du lagon (en traversant le récif). Ceci n’a pu être fait peut-être en raison des coûts trop élevés des travaux… »

La station d’épuration « en surchauffe »

« A cela se rajoute des problèmes au niveau de la station d’épuration elle-même, note la direction générale des services de la commune. A l’origine construites pour 80 familles, ces deux résidences sociales se sont « agrandies », un F3 pouvant aller jusqu’à abriter 15 personnes !
C’est pourquoi la station d’épuration peine aujourd’hui à fonctionner correctement, puisque constamment en surchauffe. Aussi, une convention de prestation avec la Polynésienne des eaux a été conclue en 2017. Cette prestation concerne l’entretien et l’exploitation de la station de traitement des eaux usées des lotissements de Tehauparu et Tepuhapa.
D’un montant de plus d’1 million 800 Fcfppar an les travaux d’entretien portent notamment sur des analyses des effluents dans le cadre de l’autocontrôle ou encore le curage préventif du réseau de collecte des eaux usées… A ce montant de la prestation ne sont pas inclus les travaux d’urgence comme le remplacement de moteurs, suppresseurs etc. »

DANS LE CADRE LA PRÉSERVATION DE NOTRE ENVIRONNEMENT TOUT CECI N’EST PAS SUFFISANT »

La commune reconnait que « dans le cadre la préservation de notre environnement tout ceci n’est pas suffisant » et annonce qu’elle vient d’attribuer « le marché des études relatives à l’élaboration de son schéma directeur de l’assainissement, avec pour préoccupation première les reconstructions d’une station d’épuration de Tiapa (en place de l’actuelle) et d’un émissaire aux normes ainsi que la mise en place d’un système mixte : assainissements individuels et collectifs -pour les grands ensembles d’habitations- aux normes, afin de protéger notre milieu naturel. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV