jeudi 9 avril 2020
A VOIR

|

Moorea : le site de Tahiamanu partiellement fermé pour travaux

Publié le

Le site de Tahiamanu, à Moorea, sera partiellement fermé à compter de ce mardi, en raison du démarrage des travaux d'aménagement contre l'érosion du littoral. Ceux-ci devraient durer cinq mois.

Publié le 23/07/2019 à 13:31 - Mise à jour le 01/08/2019 à 17:37
Lecture 2 minutes

Le site de Tahiamanu, à Moorea, sera partiellement fermé à compter de ce mardi, en raison du démarrage des travaux d'aménagement contre l'érosion du littoral. Ceux-ci devraient durer cinq mois.

Les travaux d’aménagement contre l’érosion du littoral de Tahiamanu, à Moorea, ont démarré ce mardi, occasionnant une fermeture partielle du site.

Les travaux à réaliser s’étendent sur un linéaire d’environ 205 mètres sur toute la partie sud de la plage, informe le service du Tourisme dans un communiqué. Ces travaux concernent la création d’un ouvrage de rétention immergé en enrochements, permettant de retenir le sable et jouant également le rôle de brise-lames ; et la réalisation d’un rechargement en sable de la plage.

Aussi, la partie extrême-sud de la plage sera fermée au public puis les travaux avanceront progressivement jusqu’à la zone centrale. Les travaux sont prévus de durer 5 mois, pour une livraison programmée en décembre, avant la pleine saison de houle du nord.

Il est demandé aux usagers de respecter quelques consignes pendant la durée des travaux. A savoir : l’interdiction d’accès aux piétons et véhicules à la zone de chantier, l’interdiction d’accoster sur l’ensemble de la plage pendant toute la durée des travaux ; et l’interdiction de stationner le long de la clôture en bordure de la route de ceinture.

Cette opération s’inscrit dans la continuité du projet régional Rescue, qui a pour but principal de contribuer à accroître la résilience des Etat et territoires insulaires océaniens. Ce projet, coordonné par la Communauté du Pacifique (CPS) entre 2014 et 2019, a été mis en œuvre dans plusieurs Etats et territoires du Pacifique : Fidji, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu et la Polynésie française.

La problématique de lutte contre le recul du trait de côte et l’érosion des plages a fait l’objet d’un diagnostic réalisé en août 2016 sur le site de Tahiamanu, l’une des plages les plus fréquentées de l’île de Moorea, à partir duquel des propositions d’actions ont été formulées.

En effet, la plage de Tahiamanu témoigne d’une régression progressive de la surface de sa plage ces 50 dernières années. En s’appuyant sur l’analyse des photos aériennes, on estime à 60% la surface de plage de sable blanc perdue depuis 1955.

Le ministère du Tourisme et le service du Tourisme, affectataire du site de Tahiamanu, ont ainsi décidé de prioriser depuis 2017 les études et les travaux d’aménagement contre ce phénomène d’érosion sur Tahiamanu, en étroite collaboration avec la commune de Moorea-Maiao.

Plusieurs réunions avec la commune et les référents de la population et des associations ont été organisées, notamment dans le cadre de l’enquête publique relative à l’étude d’impact environnemental de l’opération qui s’est déroulée en juillet 2018.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : des mesures en faveur des personnes bénéficiant...

Pour éviter aux familles bénéficiant des mesures d’accompagnement en matière de surendettement de se retrouver dans une situation financière catastrophique, la commission de surendettement a invité les principaux créanciers de la place à proposer un report de six mois des plans conventionnels.

Nouvelle-Calédonie : le confinement prolongé jusqu’au 13 avril

Le confinement strict de la population en Nouvelle-Calédonie, entré en vigueur le 24 mars pour 14 jours, a été prolongé jusqu’au 13 avril, a annoncé le gouvernement local.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV