jeudi 27 janvier 2022
A VOIR

|

Les Gambier se tournent vers le soleil pour l’eau potable

Publié le

C’est le nerf de la guerre sur les motu les plus éloignés. Il s’agit de l’eau potable. Après Bora Bora, les Gambier pourraient s’équiper d’un système de purification de l’eau de mer grâce au soleil, soit d’un osmoseur. Un premier contact entre le maire et l’inventeur du système en 2017 a permis de lancer le projet.

Publié le 02/12/2021 à 11:22 - Mise à jour le 02/12/2021 à 11:22
Lecture < 1 min.

C’est le nerf de la guerre sur les motu les plus éloignés. Il s’agit de l’eau potable. Après Bora Bora, les Gambier pourraient s’équiper d’un système de purification de l’eau de mer grâce au soleil, soit d’un osmoseur. Un premier contact entre le maire et l’inventeur du système en 2017 a permis de lancer le projet.


Un mariage entre le soleil et la mer, pour un meilleur développement durable : l’idée est de désaliniser l’eau de mer grâce à l’énergie du soleil. En 8 ans, plus de 40 projets ont été réalisés dans le monde par la start-up Mascara. En Polynésie, Bora Bora est équipée de ce système d’osmose inverse depuis 4 ans. Elle produit quotidiennement 240 m3 d’eau potable par jour pour 10 000 habitants.

“Aujourd’hui, on est obligé de chercher une nouvelle source d’eau parce que la population augmente sur l’île de Mangareva. Et on a de plus en plus de foyers, donc une plus forte demande d’eau. On s’est rendu compte maintenant qu’on commence à manquer d’eau dans nos nappes phréatiques. Donc on doit chercher de l’eau ailleurs, d’où le projet Osmosun” explique Stéphane Paeamara, adjoint au maire des Gambier.

Le système capte l’eau de mer, la traite et distribue de l’eau potable. Pour fonctionner, il a besoin d’un accès à la mer pour une prise d’eau durable, d’un espace pour installer le générateur solaire qui fait fonctionner l’ensemble du système, et d’un conteneur ou d’un bâtiment pour entreposer l’ensemble des équipements de traitement de l’eau.

“C’est un projet qui doit passer par la volonté de la commune, c’est elle qui décide, c’est son projet. L’objectif, c’est quand même de produire dans un premier temps 250 m3 par jour. Je crois que la consommation de l’île est dans ces eaux-là. Et s’il le faut, de doubler la production. Donc tout ça s’étudie calmement, posément. C’est ce que je commence à faire” indique Marc Vergnet, fondateur de la start-up.

Respectueuse de l’environnement et moins gourmande en électricité, les systèmes d’osmoseur solaire pourraient être la solution pour les îles de Polynésie où l’eau potable est difficile d’accès comme aux Tuamotu ou dans certaines îles des Australes.

infos coronavirus