lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Les Eco warriors ont ratissé la plage de Hitimahana

Publié le

Des batteries, des cadres de vélo, des canettes ou du plastique… Lancée par l’association la Brigade verte, l’opération Eco warrior collecte toujours autant de déchets. Une démarche écocitoyenne qui mobilise chaque année plus de monde, comme mercredi à Mahina, sur la plage de Hitimahana.

Publié le 16/11/2019 à 10:39 - Mise à jour le 18/11/2019 à 8:54
Lecture 2 minutes

Des batteries, des cadres de vélo, des canettes ou du plastique… Lancée par l’association la Brigade verte, l’opération Eco warrior collecte toujours autant de déchets. Une démarche écocitoyenne qui mobilise chaque année plus de monde, comme mercredi à Mahina, sur la plage de Hitimahana.

Les années passent et les volumes ne faiblissent pas. Si l’opération avait permis de récolter 19 tonnes l’année dernière, elle devrait en faire autant cette année, vu la valse des camions. C’est que les riverains jouent le jeu, et en profitent pour sortir leurs détritus. Comme mercredi sur la plage de Hitimahana, à Mahina.

Inertes d’un côté, dangereux de l’autre : les déchets sont soigneusement triés avant d’être expédiés à Motu Uta. « On a collecté des bicyclettes, différents déchets qu’on a pu trouver en bord de plage », raconte Eric Kalsbeek, policier municipal au sein de la brigade verte.

« On doit avoir une centaine de sacs poubelle, essentiellement de plastique et d’aluminium, et puis une nouveauté, c’est beaucoup de cadres de vélos, déplore Ludovic Bardoux, le coordinateur des Brigades vertes. La politique du Pays de ces deux dernières années a été de baisser les taxes sur les deux-roues et donc aujourd’hui le prix d’un vélo est très accessible et on constate que tous les vieux vélos se retrouvent dans la nature. Là on doit avoir une soixantaine de cadre de vélos collectés ce matin. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais les Brigades vertes ne se contentent pas de collecter les pehu. Elles cherchent surtout à impliquer la population et donner à cette action une dimension sociale. Une sensibilisation de proximité qui commence à porter ses fruits.    

« De plus en plus de communes, d’associations de quartier s’approprient ce type d’opération, puisqu’il y a maintenant des campagnes de nettoyage régulières un peu partout en Polynésie, se réjouit Ludovic Bardoux. Actuellement, il y en a dans les îles et on les félicite. Grâce aux réseaux sociaux, de plus en plus d’individus viennent de leur plein gré, parce qu’il n’y avait pas que des gens de Mahina ce matin. Il y avait des gens de Papeete, de Arue et d’ailleurs qui sont venus nous rejoindre pour participer à l’opération. »

Si plus de 150 personnes ont participé à cette journée de ramassage, la Brigade verte se félicite d’avoir formé plus de 70 000 jeunes aux gestes écocitoyens.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV