vendredi 26 février 2021
A VOIR

|

Le rahui de Atimaono sous surveillance

Publié le

Lancé le 7 décembre dernier, le rahui de Atimaono a fait l'objet d'une première action de surveillance ce vendredi. L'objectif : sensibiliser et informer la population avant de passer aux sanctions.

Publié le 27/12/2019 à 16:17 - Mise à jour le 30/12/2019 à 14:06
Lecture < 1 min.

Lancé le 7 décembre dernier, le rahui de Atimaono a fait l'objet d'une première action de surveillance ce vendredi. L'objectif : sensibiliser et informer la population avant de passer aux sanctions.

La gendarmerie et la police municipale de Papara et Mataiea étaient ce vendredi sur le plan d’eau de la zone du rahui de Atimaono. Inaugurée le 7 décembre dernier, celle-ci s’étend de la passe Aifa à Mataiea, jusqu’à la passe Teava no Raa à Papara. Soit une superficie de 1042 hectares, désormais interdite à la pêche, durant une période de deux ans.

Cette première action de surveillance en mer avait pour objectif de sensibiliser et d’informer la population, « parce que nous avons fait le constat que nos pêcheurs des deux communes respectives respectent le rahui, parce qu’ils ont été associés au projet, explique Tamatoa Doom, maire adjoint de la commune de Teva i Uta. Maintenant l’idée est d’informer toute la Polynésie, des personnes qui sont de l’extérieur et qui viennent chez nous, pour qu’ils sachent que cette zone-là est une zone protégée. »

La commune associée espère refaire de cet espace une zone poissonneuse. Et pour cela, elle n’hésitera pas à sévir. « Une fois qu’on aura informé le maximum de personnes, si on revoit la même personne une deuxième fois, on va commencer à faire des procès verbaux qui vont être transmis à la gendarmerie, poursuit Tamatoa Doom. Ensuite c’est la gendarmerie qui transmettra au procureur, et le procureur appliquera les sanctions qui s’imposent. Ça peut aller d’une amende à 160 000 Fcfp à la saisie du matériel… »

infos coronavirus