samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

L’Autorité de la Grande barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique

Publié le

L'autorité de gestion de la Grande barrière de corail s'est démarquée du gouvernement conservateur australien pour réclamer "les actions les plus fortes et les plus rapides possibles" contre le changement climatique afin de sauver le site inscrit au patrimoine mondial de l'humanité.

Publié le 19/07/2019 à 10:59 - Mise à jour le 05/08/2019 à 9:21
Lecture 2 minutes

L'autorité de gestion de la Grande barrière de corail s'est démarquée du gouvernement conservateur australien pour réclamer "les actions les plus fortes et les plus rapides possibles" contre le changement climatique afin de sauver le site inscrit au patrimoine mondial de l'humanité.

L’Autorité du parc marin de la Grande barrière de corail, un service gouvernemental, écrit dans une étude publiée cette semaine qu’il faut réduire de manière urgente les émissions de gaz à effet de serre, à la fois en Australie et dans le monde, pour protéger l’immense récif corallien.

La hausse de la température de l’eau liée au changement climatique a eu des effets dévastateurs sur de vastes étendues de la Grande barrière, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981 et qui s’étend sur environ 2 300 kilomètres le long de la côte nord-est de l’Australie. Elle a subi en 2016 et 2017 deux épisodes de blanchissement sans précédent de ses coraux. Les émissions australiennes de gaz à effet de serre ont augmenté ces quatre dernières années et le gouvernement conservateur récemment réélu soutient le gigantesque secteur minier du pays.

Canberra a renoncé à inscrire dans la loi les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre inscrits dans l’accord de Paris de 2015. Les spécialistes doutent que l’Australie parvienne à les réduire de 26-28% par rapport aux niveaux de 2005 pour 2030 comme promis. L’Autorité de la Grande barrière prévient cependant que « seules les actions les plus fortes et les plus rapides en matière de changement climatique pourront réduire les risques et limiter les répercussions du changement climatique sur le récif »« Des pertes supplémentaires de coraux sont inévitables et peuvent être minimisées en limitant au maximum l’augmentation des températures mondiales », dit le rapport.

Si les émissions se poursuivent à leur rythme actuel, les épisodes de blanchissement pourraient se produire deux fois par décennie aux environs de 2035 puis devenir annuelles vers 2050. « Si le blanchissement devient plus fréquent et plus intense, les récifs n’auront pas assez de temps pour se remettre et se maintenir en tant que systèmes dominés par les coraux ».

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Marquises : le monoi « paku »

En Polynésie, nous connaissons tous le monoi, cette essence naturelle à base d'huile de coco et de tiare, que l'on applique sur la peau pour bronzer. En réalité, il existe plus d'une vingtaine de monoi différents. Aux Marquises, le monoi "paku" est utilisé dans un but bien particulier.

Retour de la houle à Teahupoo : les surfeurs au...

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

Seulement 3 jeunes en section « surf espoir » pour la...

Ils ont 15 ans et rêvent de percer dans le monde du surf. Ce matin, des élèves de 3ème ont passé l’examen d’admission pour intégrer la section "surf espoir" du lycée Tuianu Legayic de Papara. Cela fait 8 ans qu’il propose cette filière qui conjugue surf et études. Problème : l’effectif est très réduit, ce qui interroge sur l’avenir de la filière.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV