vendredi 30 septembre 2022
A VOIR

|

L’ambassadeur de l’Union Européenne en visite à Raiatea

Publié le

L’ambassadeur de l’Union Européenne Sujiro Seam et Tearii Alpha se sont rendus à Raiatea pour prendre connaissance des projets soutenus par l’Union Européenne et par le ministère de l’Agriculture. C’est dans la commune de Taputapuatea qu’a débuté cette visite.

Publié le 22/08/2022 à 17:38 - Mise à jour le 22/08/2022 à 17:38
Lecture 2 minutes

L’ambassadeur de l’Union Européenne Sujiro Seam et Tearii Alpha se sont rendus à Raiatea pour prendre connaissance des projets soutenus par l’Union Européenne et par le ministère de l’Agriculture. C’est dans la commune de Taputapuatea qu’a débuté cette visite.

Depuis 15 ans, la commune de Taputapautea multiplie les projets dans le domaine agricole : compost bio, agriculture naturelle, introduction des produits locaux dans les cantines scolaires. Des projets rendus possibles grâce aux partenaires financiers tels que les fonds européens du programme Intègre.

C’est conforme aux priorités de l’Union Européenne, non seulement sur le territoire européen mais aussi partout dans le monde, souligne Sujiro Seam. Promouvoir des systèmes alimentaires durables, une agriculture résiliente, favoriser l’économie circulaire, donc importer le moins possible de l’extérieurIl faut fonctionner simplement avec le plus d’intrants locaux, en autonomie”.

Et les projets continuent de fleurir à Taputapuatea. Pour développer son centre de compostage, Thomas Moutame a de nouveau sollicité le programme Intègre pour l’acquisition d’un broyeur. Grâce à cet outil, la commune espère doubler sa production annuelle de compost qui tourne actuellement entre 600 et 800 tonnes.

Sujiro Seam, au centre, Thomas Moutame, à droite (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

On voulait améliorer nos matériaux, notamment l’ancien broyeur, qui coûtait assez cher, déclare le tavana de Taputapuatea. Pour pouvoir bénéficier de ce matériel, il faut un programme, il faut un projet, et comme nous nous lançons dans un programme sur la culture maraîchère biologique, dans les écoles et auprès des familles, ils ont pu financer plus de 50 % du matériel, afin de pouvoir broyer plus de compost”.

Sur sa lancée, la commune a présenté son dernier projet en date : produire des granules à partir du moringa. Une exploitation de 5 hectares devrait voir le jour très prochainement à Faaroa.

infos coronavirus