fbpx
dimanche 15 décembre 2019
A VOIR

|

La Polynésie représentée à la réunion du Centre National de la Biodiversité

Publié le

En représentation d’Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre en charge de la Culture et de l’Environnement, et à sa demande, le directeur de cabinet du ministère, Maurice Yune, a siégé, jeudi dernier, au conseil plénier du Centre National de la Biodiversité, au ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris.

Publié le 19/11/2019 à 14:07 - Mise à jour le 19/11/2019 à 14:44
Lecture 2 minutes

En représentation d’Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre en charge de la Culture et de l’Environnement, et à sa demande, le directeur de cabinet du ministère, Maurice Yune, a siégé, jeudi dernier, au conseil plénier du Centre National de la Biodiversité, au ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris.

Cette session, dédiée tout spécialement à l’outre-mer, a donné lieu à la présentation par Maurice Yune d’un diaporama expliquant et argumentant la politique du gouvernement de la Polynésie française en matière de préservation de l’environnement en général, mais plus particulièrement en matière de sauvegarde de la biodiversité. Cette présentation a été conduite en présence de Fabienne Allag-Dhuisme, vice-présidente du Comité national de la biodiversité.

Cet exposé, intitulé « La gestion de la biodiversité en Polynésie française » avait pour propos, après une présentation des caractéristiques géographiques très particulières du Pays, de rappeler l’historique des efforts ayant été menés depuis près de 70 ans pour protéger la faune et la flore terrestres et marines polynésiennes, mais surtout de présenter les concepts et actions déjà mis en œuvre et les projets à concrétiser en ce début du XXIème siècle.

De gauche à droite, la députée Maina Sage, Jean Jacques Pourteau, délégué des outre-mers à l’Agence française de la biodiversité. (Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Ainsi, Maurice Yune a dressé la liste des mesures déjà entrées en vigueur et de celles envisagées à court et moyen terme. C’est en partant du Rahui, une tradition ancestrale de préservation de la ressource halieutique, qu’il a évoqué l’outil original imaginé sur le site de Teahupoo : une aire marine protégée dont la gestion inclut aussi en les adaptant à notre temps, les usages traditionnels en la matière tels que le Rahui.

Le représentant du Pays a également évoqué le classement, par le gouvernement polynésien, de la zone économique exclusive sous statut d’aire marine gérée, sous l’appellation « Tainui Atea ». Il a terminé son propos en soulignant le soin apporté à une définition claire de ces nouveaux concepts afin que la population des archipels, loin d’y voir des interdits brutaux, les considère comme des mesures de préservation d’une ressource aussi précieuse que vulnérable.

Les 10 ans du Grenelle de la mer, en présence de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. (Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

L’après-midi de ce même jour, Maurice Yune a participé à la réunion du Conseil national de la mer et des littoraux (CNML), réunion conduite en présence de la Secrétaire d’État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson.

La réunion a notamment consisté en un large échange entre les participants concernant le bilan des mesures par les comités interministériels de 2017 et 2018. Les participants  du CNML ont par ailleurs examiné le document cadre sur la recherche entamée en vue de contribuer à la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030) et à la programmation européenne dans ce domaine. Au terme de cette réunion, les 10 ans du Grenelle de la mer ont été célébrés en présence des représentants de l’outre-mer et de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne.

Le prix de la vanille ne cesse d’augmenter

Depuis quelques années, le prix du kilo de la vanille mûre ne cesse d’augmenter. Cette année, il s’est monnayé jusqu’à 15 000 Fcfp. Un prix qui s’explique notamment par une faible production et ce malgré les plans de relance du Pays.

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X