mardi 24 mai 2022
A VOIR

|

Intempéries : l’état de calamité naturelle déclaré pour les 13 et 14 janvier

Publié le

Les îles du Vent et îles Sous-le-Vent ont été fortement touchées par les intempéries le week-end dernier. En conseil des ministres, il a été décidé de déclaré l'état de calamité naturelle pour cette période.

Publié le 19/01/2022 à 17:14 - Mise à jour le 22/01/2022 à 12:34
Lecture < 1 min.

Les îles du Vent et îles Sous-le-Vent ont été fortement touchées par les intempéries le week-end dernier. En conseil des ministres, il a été décidé de déclaré l'état de calamité naturelle pour cette période.


Les 13 et 14 janvier 2022, Météo France a placé les îles du Vent et îles Sous-le-Vent ont été placées en vigilance rouge pour la pluie.

Les intempéries et les dégâts occasionnés par les fortes pluies aux îles du Vent et aux îles Sous-le-Vent. Ce mercredi, le Conseil des ministres a déclaré l’état de calamité naturelle pour cette période.

C’est une particularité liée au statut de la Polynésie. La déclaration d’Etat de calamité naturelle permet au Pays de déployer des crédits au titre des dépenses imprévus, sans passer par le vote de l’Assemblée.

Seules exigences prévues par les textes : la délimitation du secteur géographie et de la période visée par l’Etat de calamité naturelle en conseil des ministres.

Concrètement, cela permet aux dirigeants d’agir rapidement auprès des sinistrés, qu’il s’agisse de particuliers ou de professionnels. Cela peut-être sous forme d’aides, de subventions mais aussi de travaux.

Dans l’Hexagone, l’état de calamité naturelle permet d’avoir recours au Fonds de prévention des risques naturels majeurs. Il est en partie financé par les assurances et il permet de faciliter l’indemnisation des sinistrés. Alors faut-il que la Polynésie se dote d’un fonds spécifique similaire ? Le secrétaire du Comité des entreprises d’assurances Yannick Cadet donne son avis : “Je pense à la fois en tant qu’assureur et assuré également, que ce serait bénéfique pour chacun, ça permettrait à chacun d’être couvert, en cas de situation comme celle-ci. Après la difficulté c’est qu’à l’échelle d’un petit pays comme la Polynésie, constituer un pot commun suffisamment important pour faire face à des situations exceptionnelle, ce n’est pas nécessairement évident. Donc la situation c’est peut-être  d’envisager le rattachement à celui de la France hexagonale.”

infos coronavirus