A VOIR

|

Environnement : des « biohut » pour repeupler le milieu marin

Publié le

Restaurer le milieu aquatique est aujourd’hui possible. Grâce à des « biohut », des nurseries artificielles, pensées et créées par une société de Montpellier en métropole. Celle-ci a signé un partenariat avec une entreprise polynésienne spécialisée dans les travaux sous-marins. Son but : repeupler de poissons les ports et marinas du fenua tout en compensant la destruction des habitats naturels.

Publié le 16/01/2023 à 11:17 - Mise à jour le 16/01/2023 à 13:32
Lecture < 1 min.

Restaurer le milieu aquatique est aujourd’hui possible. Grâce à des « biohut », des nurseries artificielles, pensées et créées par une société de Montpellier en métropole. Celle-ci a signé un partenariat avec une entreprise polynésienne spécialisée dans les travaux sous-marins. Son but : repeupler de poissons les ports et marinas du fenua tout en compensant la destruction des habitats naturels.

Ce sont des refuges pour les poissons juvéniles.  Ces abris sous forme de cages peuvent être installés sur de petits fonds ou le long d’aménagements comme des ponts ou des quais.

Dans ces habitats protégés, les alevins peuvent grandir à l’abri des prédateurs. Cette société spécialisée en travaux sous-marins a été choisie pour poser les premières « biohut » en Polynésie.

« A l’intérieur, on vient y glisser des morceaux de coraux, des fragments de roches ou des morceaux de coquillages. Il y a des choses particulières à mettre à l’intérieur pour favoriser la colonisation de ces ’biohut’ », explique Morgan Calabuig, le responsable des opérations de plongée de l’entreprise.

Ces structures permettent de repeupler les zones portuaires en poissons. Car l’urbanisation du littoral les prive de nurseries naturellement protégées. Les premières « biohut » du Fenua seront installées dans le port de Papeete, puis au sein des marinas et, peut-être, des hôtels. Elles existent sous différentes formes pour s’adapter aux infrastructures.

« Certaines ont des mailles spécifiques, plus petites, pour éviter que les poissons plus grands puissent rentrer à l’intérieur pour que les poissons plus petits puissent se développer à l’intérieur. C’est le but », souligne Jeff Tehoiri, chef de chantier.

Leur efficacité est prouvée scientifiquement. Les « biohut » ont été posées dans différents ports de France et dans le monde. Dans les zones bétonnées par l’homme, elles apparaissent comme une solution innovante.

« Ça parait très simple mais, en fait, il y a eu beaucoup de recherches qui ont été faites pour arriver à ce modèle qui, aujourd’hui, est particulièrement efficace », indique Morgan Calabuig,

Conçues en matériaux recyclables et non-polluants pour le milieu,les « biohut » sont utiles à de nombreuses espèces. Ces structures ont aussi un intérêt pédagogique pour des programmes de sensibilisation au respecte de l’environnement.