vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Eaux de baignade : à Tahiti, évitez les embouchures

Publié le

Le bureau de santé environnementale poursuit son programme de contrôle de la qualité sanitaire des eaux de baignade en mer et en eau douce. Le rapport 2021 et la carte de la qualité des eaux de baignade viennent d'être publiés.

Publié le 08/06/2022 à 15:48 - Mise à jour le 08/06/2022 à 15:56
Lecture < 1 min.

Le bureau de santé environnementale poursuit son programme de contrôle de la qualité sanitaire des eaux de baignade en mer et en eau douce. Le rapport 2021 et la carte de la qualité des eaux de baignade viennent d'être publiés.

En 2021, 1192 prélèvements ont été réalisés, permettant le classement de 114 points de contrôle sur les îles de Tahiti, Moorea, Bora Bora, Raiatea et Tubuai.

Les conclusions du rapport sur la qualité des eaux de baignade, pour 2021, sont les suivantes :

  • Concernant Tahiti, sur les 51 points en mer contrôlés, 57% sont propres à la baignade avec une différence de moins en moins marquée entre la zone urbaine (53% propres à la baignade) et la zone rurale (62% propres à la baignade). Quant aux points de baignade en embouchure de rivière, sur les 16 points contrôlés aucun n’est propre à la baignade. La qualité des eaux de baignade en eau douce (source Vaima) reste de qualité excellente.
  • Concernant Moorea, sur les 12 points en mer, 67% sont propres à la baignade. Quant aux 3 embouchures contrôlées, elles restent impropres à la baignade.
  • Concernant Bora Bora, la qualité des eaux de baignade reste d’excellente qualité.
  • Concernant Raiatea, la qualité des eaux de baignade en mer reste propre à la baignade. Par contre l’embouchure Ereeo reste de qualité insuffisante, au même titre que les 2 points contrôlés en eau douce.
  • Concernant Tubuai, la qualité des eaux de baignade reste de bonne qualité.

Les principales causes de pollution sont souvent identifiées et la mise en place de mesures correctives et préventives telles que la collecte et le traitement de l’ensemble des eaux usées des zones urbanisées par la collectivité publique ou encore un traitement des eaux pluviales chargées d’apports terrigènes ou autres polluants avant leur rejet permettrait d’améliorer sensiblement la qualité des eaux de baignade.

infos coronavirus