mercredi 18 mai 2022
A VOIR

|

Climat : le Blue Climate Summit pour “mettre la Polynésie et le Pacifique au centre de la scène”

Publié le

Le sommet mondial pour le climat Blue Climate Summit démarre dimanche. Jeanne Everett, directrice des programmes et opérations du Blue Climate initiative était l'invitée de notre journal.

Publié le 14/05/2022 à 14:24 - Mise à jour le 14/05/2022 à 14:28
Lecture 3 minutes

Le sommet mondial pour le climat Blue Climate Summit démarre dimanche. Jeanne Everett, directrice des programmes et opérations du Blue Climate initiative était l'invitée de notre journal.

Pour commencer peut-on parler de ce qu’est la Blue Climate initiative et son lien avec la Tetiaroa Society, initiatrice de ce sommet ?
La Blue Climate Initiative n’est pas une organisation. Ce n’est qu’un programme de Tetiaroa Society. La maison mère est Tetiaroa Society et nous avons nos origines en Polynésie française.”

Justement la Polynésie fait partie de la région Pacifique, une région qui est particulièrement concernée par le réchauffement climatique. Pourquoi avoir choisi le fenua en particulier ?
“Il y a plusieurs raisons. L’une d’elles c’est parce que la Polynésie est un modèle dans la maintenance de ces ressources dépêche et aussi dans l’union qu’il y a entre la culture, l’océan, la terre et la population. On voulait vraiment montrer comme modèle les valeurs et la présence qu’occupe l’océan dans la culture et dans l’économie du Pays. Et l’autre raison, (…) c’est de mettre la Polynésie et le Pacifique au centre de la scène. Et au lieu de faire des conférences en Europe ou ailleurs, on voulait vraiment apporter notre réseau international vers la Polynésie pour que les gens soient vraiment témoins de ce qui se fait ici, au niveau de la vulnérabilité des îles et du Pacifique, mais aussi au niveau des solutions et du potentiel que peut offrir l’océan et la place qu’occupe l’océan dans l’économie et dans la société.”

Nous avons déjà eu l’occasion de détailler le programme de ce sommet, de préciser ses intervenants également, mais concrètement, sur quoi cela débouchera ?
“On est vraiment axés sur des solutions et des thématiques. Il y a 6 thématiques autour de, la capacité par exemple de l’océan à absorber le carbone, qi est énorme. Aussi autour de la protection, les valeurs traditionnelles et les solutions traditionnelles que les communautés utilisent pour la maintenance des ressources naturelles et océaniques…”

On pense notamment au rahui ?
“Entre autres le rahui, oui exactement. Le rahui est énormément mis en avant dans le sommet. Aussi au niveau du tourisme, de l’écotourisme, et de nouveau là aussi la place qu’occupe l’océan.”

L’idée de ce colloque c’est de confronter la faisabilité des solutions à des scientifiques mais aussi de trouver de potentiels bailleurs de fonds…
“Tout à fait. Des bailleurs de fonds, des scientifiques et aussi des acteurs sur le terrain. Il nous faut en fait une université d’acteurs pour faire avancer les solutions. Les scientifiques sont un moyen, l’argent en est un autre, mais il y a aussi les personnes concernées. Donc la jeunesse et les communautés ont aussi une grande place à occuper pendant notre sommet et les décideurs également. Un des sujets dont on va parler par exemple, ce sont les droits de l’océan. Donc on va beaucoup parler et on veut vraiment pouvoir influencer les décideurs à ce niveau là.”

Ce sommet sera également l’occasion de remettre le prix innovation de 1 million de dollars à 3 lauréats. 236 propositions vous avaient été envoyées. Peut-on dire un mot sur ces trois lauréats ?
“Oui, on a eu beaucoup de chance, beaucoup de succès avec la diversité et la richesse des solutions qu’on a eues le plaisir d’évaluer. Et en fait les trois solutions qui sont vraiment montées au sommet de la sélection, du panel, ce n’était pas intentionné mais ça a abouti comme ça. ce sont toutes des solutions qui sont basées sur les algues. Et ce sont trois solutions qui utilisent les algues pour différentes valeurs ajoutées on va dire. L’une c’est dans l’énergie. Il y a SMO solar qui transforme les sargasses qui sont des algues invasives, en énergies renouvelables. Il y en a aussi une autre qui transforme les algues en nutriment pour le bétail, pour réduire les productions de méthane donc pour réduire la pollution de la chaine de valeur animalière. Et une troisième, c’est utiliser les algues aussi pour le remplacement du plastique, pour créer des bioplastiques.”

Le sommet se terminera par le grand concert Te Moana o Hiva le 20 mai.

L’événement Blue Climate Summit est à suivre sur votre chaine TNTV. Retrouvez le programme ICI

infos coronavirus