vendredi 10 avril 2020
A VOIR

|

Aux îles Cook, le bilan de la réintroduction du ‘Ura est positif

Publié le

Douze ans après la réintroduction du Vini 'Ura à Atiu, aux îles Cook, l’heure est au bilan. La perruche, symbole de l’île de Rimatara, y avait été introduit pour permettre d’assurer sa survie. Depuis, les échanges entre les deux communautés sont florissants.

Publié le 07/12/2019 à 14:56 - Mise à jour le 30/12/2019 à 12:02
Lecture 2 minutes

Douze ans après la réintroduction du Vini 'Ura à Atiu, aux îles Cook, l’heure est au bilan. La perruche, symbole de l’île de Rimatara, y avait été introduit pour permettre d’assurer sa survie. Depuis, les échanges entre les deux communautés sont florissants.

Rimatara est la plus petite île des Australes. Elle recèle un oiseau unique au monde, l’une des plus belles perruches du Pacifique : le ‘Ura, le Lori de Kuhl. Mais l’espèce est menacée. En cause : le rat noir, un rongeur invasif, qui a fait disparaître de nombreux oiseaux en Polynésie.

Rimatara est préservée de cette invasion, mais des campagnes de dératisation sont menées à titre préventif.

Pour permettre d’assurer la survie du ‘Ura, il est décidé de créer une population de réserve. En janvier 2007, 27 individus sont capturés et introduits à Atiu, aux îles Cook, où l’oiseau avait complètement disparu. Douze ans après la réintroduction du Vini Kuhlii à Atiu, aux îles Cook, le bilan est positif.

« Nous sommes tout d’abord venus voir les oiseaux qui ont été transportés ici en 2007, explique Boniface Ioane, le trésorier de l’association Rima’Ura. Comment ils protègent leur environnement et les oiseaux, car l’enjeu est de les préserver dans le temps. »

« Nous le savons tous, les oiseaux vivent et évoluent très bien ici, assure Vainetutae Rose Toki-Brown, la ministre de l’Agriculture et de la Santé des îles Cook. Ils se sentent bien dans cet environnement, leur nombre a même évolué. »

En effet, aujourd’hui on recense plus de 400 ‘Ura sur l’île de Atiu. Mais les échanges avec Rimatara ne s’arrêtent pas là. Des liens très forts se sont créés entre les deux communautés avec la mise en place d’un programme.

« Nous souhaiterions aussi échanger avec les habitants de Rimatara sur la vannerie, la plantation de pandanus, de noni, de coprah, indique Upokoina Mokoroa, le maire de Atiu. Notre souhait est qu’un échange de savoir-faire puisse voir le jour entre Atiu et Rimatara. »

Les deux communautés entretiennent aujourd’hui des relations fraternelles avec l’espoir que le ‘Ura ne disparaisse plus jamais. C’est en tout cas l’objectif de ces populations pour lesquelles la préservation de l’espèce est d’une importance capitale.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV