dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Agriculture bio : Thomas Moutame fait découvrir l’engrais bio à base de déchets de poissons

Publié le

De l’engrais bio à partir de déchets de poissons : c’est économique et plus respectueux de l’environnement. C'est aussi l’un des produits phare que le tavana de Taputapuatea, Thomas Moutame, tente de faire connaitre dans toutes les communes de Polynésie où il s’est rendu ces dernières semaines.

Publié le 30/05/2021 à 17:57 - Mise à jour le 31/05/2021 à 9:31
Lecture < 1 min.

De l’engrais bio à partir de déchets de poissons : c’est économique et plus respectueux de l’environnement. C'est aussi l’un des produits phare que le tavana de Taputapuatea, Thomas Moutame, tente de faire connaitre dans toutes les communes de Polynésie où il s’est rendu ces dernières semaines.

Dans un grand conteneur de 100L, le maire de Taputapuatea Thomas Moutame commence le mélange : des déchets de poissons dans leur eau de cuisson, de la mélasse, des micro-organismes efficaces… Le tout reposera 1 mois, dans un tonneau.
Les agriculteurs et horticulteurs ont là un engrais 100% Bio et économique. Miri Cadousteau, horticultrice, est séduite : “C’est beaucoup de préparation mais ça reste moins cher que l’engrais. Je préfère revenir à des techniques de plantation naturelles”

Dès qu’il s’agit de promouvoir la culture bio, le maire de Taputapuatea ne compte pas ses heures. Il n’hésite pas à dévoiler ses recettes. “Il nous dévoile tout. C’est génial !” se réjouit Michel Hatitio, agriculteur.

Fervent défenseur des produits bio, Thomas Moutame continue sa tournée dans les différentes communes de la Polynésie. Egalement candidat à la présidence de la chambre de l’agriculture, il veut soutenir le développement du secteur primaire au fenua et l’auto-suffisance alimentaire, en favorisant notamment “le regroupement d’une centrale d’achats au niveau de nos produits des archipels. A l’époque, le gouvernement avait mis en place Kai hotu rau. Malheureusement, à deux reprises, c’est tombé en faillite donc on a fermé. Nous, la chambre de l’agriculture de demain, on va récupérer les produits pour pouvoir les commercialiser dans les grandes surface et plus particulièrement dans les cantines”.

Thomas Moutame veut aussi “valoriser les produits du terroir tout en se tournant vers une agriculture naturelle. […] J’accuse pas les produits chimiques. […] Nous supprimons les produits chimiques, c’est la faillite de la Polynésie. […] La culture naturelle, c’est un choix au niveau de nos agriculteurs”.

Rédigé par

infos coronavirus